• Oubli...

     

    pierres-de-patience.jpg

     

    Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser. L'amour a cela de commun avec les scrupules, qu'il s'aigrit par les réflexions et les retours que l'on fait pour s'en délivrer. Il faut, s'il se peut, ne point songer à sa passion pour l'affaiblir.

     

    La Bruyère (Les caractères)    

    « Viser la lune...Le violon d'Ingres de Man Ray »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    10
    colette
    Vendredi 8 Août 2014 à 18:10
    Vos pages m'accrochent et je n'ai plus grand chose du visiteur silencieux !
    Celle-ci m'évoque une phrase de "la porte étroite" de Gide : "Comme si, dans ce cahier que je n'ai commencé que pour m'aider à me passer de lui, je continuais à lui écrire."
    Bonne journée, Eva.
    9
    marie
    Vendredi 8 Août 2014 à 18:10
    Bonjour chère Eva ! pas facile ton texte ce matin... oui, essayer d'oublier c'est y penser encore. Quand c'est un souvenir malheureux on ne peut faire que comme l'huitre qui doucement enrobe l'intrus de sa nacre ....
    8
    Jeudi 14 Février 2013 à 18:31

    non, ceux-là sont tout petits, ils tiennent dans le creux de la main... je pensais à ceux-là :

    http://eva.baila.over-blog.com/article-36276149.html

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    7
    Jeudi 14 Février 2013 à 17:52
    Eh éh, les fameux bétyles que tu ne peux arborer
    6
    Lundi 4 Février 2013 à 13:51

    on pourrait appeler ça "la mémoire sélective" ! Bonne semaine Dan

    5
    Lundi 4 Février 2013 à 13:51

    On ne choisit pas grand chose, vous avez raison, il faut s'adapter la plupart du temps... et l'oubli volontaire ou non, est une forme de survie, une forme d'intelligence, une façon de ruser avec l'ennemi, avec le chagrin, avec la vie lorsqu'elle est trop cruelle...

    4
    Lundi 4 Février 2013 à 13:48

    Merci Colette, je ne me souvenais plus de cette citation de Gide (Gide que j'aime beaucoup), et j'aime tant écrire qu'elle exprime exactement ce que je ressens parfois... Oui, continuer d'écrire à l'être aimé... c'est un peu un déni du délaissement, un déni du désamour... J'aime votre sortie du silence, j'aime que l'on me parle, j'aime que l'on m'écrive... 

    3
    Lundi 4 Février 2013 à 13:44

    Marie, chère Marie, je suis ravie de te lire ici... Ta comparaison avec l'huitre est tout à fait juste. Par moment, on regrette de ne pas avoir la "gomme à souvenir"... Même un souvenir heureux laisse un goût de mélancolie (sinon d'amertume), celui de n'être plus... Merci de ta visite et de ton com

    2
    Lundi 4 Février 2013 à 02:54
    L'on ne choisit pas grand chose, finalement, dans la vie, on met sous le tapis, ce que l'on veut oublier, mais on oublit surtout où on l'a mît , puis on se prend les pieds dedans à un moment ou à un autre.
    Bonsoir Eva.
    1
    DAN
    Dimanche 3 Février 2013 à 16:48
    La vie serait impossible si l'on se souvenait de tout, le mieux est de choisir ce qu'on doit oublier.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :