• Pénélope (Musée National Archéologique de Naples)

     

    Pénélope préparant l'arc d'Ulysse

     

     

    Quand Ulysse fut enfin de retour sur Ithaque, seul son vieux chien le reconnut…

     

    Les doigts de la Reine s’étaient usés à faire et défaire l’ouvrage imposé afin de reculer l’échéance du choix d’un successeur au Roi…

    La tapisserie, mille fois recommencée  attendait le dernier point sur le métier, la dernière broderie, le dernier nœud…

     

    Lorsqu'on vint dire à Pénélope que le Roi était rentré, son cœur cogna si fort dans sa poitrine qu’elle fut près de défaillir…

     

    Et sur le fond azur de son hésitation, les mains tremblantes, le cœur troublé, elle prépara l’arc d’Ulysse afin qu’il fît la preuve de son retour, la preuve de son amour pour elle, comme elle avait fait preuve de sa fidélité…

                                                                                        

                                                                                eva, texte et photo ©

     

    « Chambord, expo Djamel Tatah.Jaune »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    16
    Mercredi 18 Mai 2011 à 22:27

    Bonsoir dj0277 ! Je rentre juste de vacances et je trouve ton gentil com. Je vois que Pénélope t'a inspiré ! J'espère que tu as eu du succès avec ton exposé... Je vais aller voir ton blog

    15
    Dimanche 8 Mai 2011 à 21:53
    Merci beaucoup c'est vraiment joli ce que tu écris je ne suis qu'en 4 ème mais je ne manquerai pas d'énoncer ce petit texte dans mon exposé (pour faire un résumé de l'histoire que raconte ce tableau) mais ne t'inquiète pas, je mettrai ma source ^^
    14
    Dimanche 17 Octobre 2010 à 18:54

    oui, l'artiste a su très bien traduire cela...

    13
    Dimanche 17 Octobre 2010 à 17:44
    Sur cette peinture nous sentons Pénélope concentrée sur la rencontre qui se prépare.
    12
    Samedi 16 Octobre 2010 à 21:26

    C'est l'histoire d'un grand voyage aux multiples rebondissements, mais c'est aussi une histoire d'amour...

    11
    Samedi 16 Octobre 2010 à 21:24

    Ulysse, reste loin de son royaume pendant dix longues années (à naviguer loin d'Ithaque). Pendant ce temps Pénélope tisse (et dé-tisse) non pas une tapisserie, mais le linceul de son beau-père Laërte. Télémaque est le fils d'Ulysse et de Pénélope. Il est resté à la maison avec sa maman... Quand enfin Ulysse revient sur son île, il est déguisé en mendiant. 108 prétendants tournent autour de Pénélope. Pénélope compte départager tous ces prétendants au trône en leur demandant de tendre l'arc d'Ulysse (qui n'obéit qu'à son maître). Aucun d'entre eux ne réussit l'épreuve. Télémaque insiste pour que le mendiant essaie à son tour. Non seulement le mendiant peut bander l'arc, mais il parvient sans difficulté à décocher une flèche à travers les trous de douze fers de haches disposés à la file... Ulysse aidé de Télémaque extermine ensuite tous les bons à riens qui convoitaient son royaume et son épouse...

    Il y a dans tout homme un Ulysse qui sommeille, et qui trouve tout à fait normal d'être attendu par une Pénélope... Quand il revient, il lui suffit de bander l'arc pour que tout rentre dans l'ordre... Il n'y a pas de grandeur dans celle qui attend, il y a juste une espèce de certitude (inconfortable certes) de savoir que tôt ou tard, le voyageur rentrera... La vestale garde l'autel sacré de la conjugalité, pendant que le maître va à la découverte de nouveaux horizons (pour son travail, pour la raison d'état, ou... pour son plaisir !) Mais... c'est quand même chaque fois une histoire d'amour puisqu'Ulysse revient et que Pénélope l'accueille à bras ouverts... J'aime les histoires d'amour...

    10
    Samedi 16 Octobre 2010 à 20:05
    Rafraichis-moi la mémoire Eva : que fait Ulysse avec son arc ? Le coup de la pomme sur la tête de... de Télémaque, c'est quand même pas lui ? Si c'est ça, c'est vraiment une métaphore très, très, très subtile...
    Et ton texte est merveilleux. A Ulysse voyageur et pourfendeur de cyclopes je préfère la constance de Pénélope... Je me reconnais en elle, sses n oeuds et ses petits points de croix. Il y a plus de grandeur dans celle qui attend, qu'en celui qui joue au Matamore...
    9
    Samedi 16 Octobre 2010 à 17:30
    Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage ...
    c'est tout ce que j'ai toujours su de cette belle histoire, je découvre la symbolique de l'arc (hé oui ! moi aussi ...;-)
    Bonne fin de journée eva, bisou.
    Nelly
    8
    Samedi 16 Octobre 2010 à 14:07

    Mais oui Dominique, je connais aussi cet épisode d'Ulysse, et j'aimerais bien refaire son voyage...

    http://eva.baila.over-blog.com/article-21232495.html

    7
    Samedi 16 Octobre 2010 à 09:46
    Au cours d'un voyage à Malte, j'ai vu la petite île où les sirènes tentèrent de séduire Ulysse. C'est à cet endroit qu'il s'est fait attaché au mat de son navire pour résister à l'irresistible chant.
    Votre texte comme d'habitude est fin et sensible. Je vous embrasse et bon WE à vous. Dominique
    6
    Samedi 16 Octobre 2010 à 08:47

    Michel, là, je suis rouge de confusion ! Vous ne me croirez peut-être pas, (ou bien alors vous penserez que je suis une sotte et une étourdie) mais je n'avais pas vraiment saisi la métaphore de l'arc ! Et pourtant, ça crève l'image !... (le plus rigolo, c'est que ça crève mon texte aussi !!!)

    5
    Samedi 16 Octobre 2010 à 08:04
    Cette fresque est d'une modernité et d'une délicatesse exemplaire. Quant à votre texte, Eva il souligne avec subtilité comme Pénélope a besoin de retrouver intacte (tout au moins de la tester) la virilité de son voyageur de mari.
    @ bientôt
    Michel
    4
    Samedi 16 Octobre 2010 à 00:48
    Une Pénélope fragile mais pourtant si forte dans son amour. La fresque est magnifique et le texte si beau. Bravo eva!
    3
    Vendredi 15 Octobre 2010 à 20:41

    Dan, je te remercie, ton compliment me touche... Vois-tu mes deux héros préférés sont Ulysse (qui mit un temps fou à rentrer chez lui, -certains disent qu'il n'en avait pas vraiment envie-) et l'autre c'est Icare, qui a sacrifié sa vie à réaliser son rêve d'oiseau... Je suis fascinée par ces deux-là : Ulysse est pour moi le symbole de ce que chaque homme porte en lui (parfois secrètement) et Icare est mon jumeau chéri : celui qui ne rêve que de voler en liberté... 

    2
    Vendredi 15 Octobre 2010 à 20:37
    c'est beau, beau
    bonne soirée
    clem
    http://clem28.vip-blog.com/
    1
    DAN
    Vendredi 15 Octobre 2010 à 20:30
    Alors tu fais fort toi, non seulement tes photos sont superbes, mais les textes également, chapeau bas Eva !
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :