•  

    Quisiera esta tarde...

     

    Paco Ibañez chante Alfonsina Storni

    "Ce soir divin d'octobre, j'aimerais flâner au bord de la mer

    Et, figure droite, entre ciel et plage, sentir l'oubli perpétuel de la mer."

     


    5 commentaires
  •  

    La rose blanche...

     

    La rosa bianca

    Coglierò per te

    l'ultima rosa del giardino,

    la rosa bianca che fiorisce

    nelle prime nebbie.

    Le avide api l'hanno visitata

    sino a ieri,

    ma è ancora così dolce

    che fa tremare.

    E' un ritratto di te a trent'anni,

    un po' smemorata, come tu sarai allora.

    Attilio Bertolucci

     

    Je cueillerai pour toi

    la dernière rose du jardin,

    la blanche rose qui fleurit

    dans les premiers brouillards.

    Les abeilles avides l'ont visitée

    jusqu'à hier

    mais c'est encore si doux

    que ça fait trembler

    C'est un portrait de toi à trente ans, 

    un peu oublieux, comme alors tu seras.


    1 commentaire
  •  

    "Nana de la Mora" (berceuse)

     

    Paco Ibañez chante un texte écrit par le poète galicien José Angel Valente, 

    en souvenir de sa mère adoptive, évoquant l’enfance dans son Orense natal.

     

    Que "la Mora" ne vienne pas, la Mora avec ses dents vertes, 

    Toute la nuit, tranquillement,

    Dors mon enfant... 

    Dors tranquille, Dors !

    Que si "la Mora" vient, 

    Dans le rêve caché, elle ne pourra pas te voir...

    "La grande Mora", "La Mora" aux dents vertes,

    n'appelle pas mon enfant, ne le réveille pas !...

     

     


    8 commentaires
  •  

    Paul Eluard

     

    Elle est debout sur mes paupières
    Et ses cheveux sont dans les miens,
    Elle a la forme de mes mains,
    Elle a la couleur de mes yeux,
    Elle s'engloutit dans mon ombre
    Comme une pierre sur le ciel.

    Elle a toujours les yeux ouverts
    Et ne me laisse pas dormir,
    Ses rêves en pleine lumière
    Font s'évaporer les soleils,
    Me font rire, pleurer et rire,
    Parler sans 
    avoir rien à dire.

              
                           Paul Eluard (Capitale de la douleur)

    Photo eva © 

     

     

     

     


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique