• "Porte-moi le tournesol..." Eugenio Montale.

    "Porte-moi le tournesol..." Eugenio Montale.

     

                                                                        "Portami il girasole ch'io lo trapianti                       Porte-moi le tournesol, que je le transplante            

                                                                         nel mio terreno bruciato dal salino,                       dans mon terrain brûlé du vent salin,

                                                                         e mostri tutto il giorno agli azzurri specchianti      qu'il montre tout le jour aux faces miroitantes

                                                                         del cielo l'ansietà del suo volto giallino.                du ciel d'azur l'anxiété de son jaune visage.

     

                                                                         Tendono alla chiarità le cose oscure,                   A la clarté tendent les choses obscures,

                                                                         si esauriscono i corpi in un fluire                          les corps s'épuisent en flux

                                                                         di tinte : queste in musiche. Svanire                    de teintes : elles en musique. S'effacer, 

                                                                         è dunque la ventura delle venture.                       la suprême aventure.

     

                                                                         Portami tu la pianta che conduce                         Oui, porte-moi la plante qui nous mène

                                                                         dove sorgono bionde trasparenze                        où vont surgir les blondes transparences

                                                                         e vapora la vita quale essenza;                            et s'exhaler la vie, telle une essence;

                                                                         portami il girasole impazzito di luce."                   apporte-moi le tournesol fou de lumière.

     

    Eugenio Montale (Ossi di seppia)

    "Os de seiche" traduit de l'italien par Patrice Angelini

    La photo du petit tournesol est de mon ami Francesco Pagni

     "Petit. Moche. Gauche. Dans son ordinaire petit pot de plastique jaune.

    Sa tige centrale disproportionnée. Ses feuilles disgracieuses, ses fleurs impudentes.

    Vert émeraude. Jaune Van Gogh. Brun Van Dyck. Ombres et lumière.

    Sur le rebord d'une des fenêtres de mon atelier.

    Timide. Effronté vers le soleil. Fragile. Fort.

    Fier quand même malgré sa mocheté.

    Mon petit tournesol.

    A mes yeux, la beauté.

    La parfaite beauté. 

    La poésie."    Francesco Pagni©

     Francesco, Francesco, continue à nous porter le tournesol…  «  la poésie, la beauté, la parfaite beauté »… avec tes mots, avec tes photos, avec tes pinceaux…

    On peut lire d'autres poèmes de Francesco sur son blog ici : Blow-Up

     

    « Paul Froment, poète occitan.Sarà troppo tardi... »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    9
    Vendredi 11 Septembre 2015 à 18:44

    @ Francesco : ton "petit tournesol" était destiné au poème de Montale, et les mots de Montale ont été écrits pour ta photo... J'en suis convaincue...

    8
    Vendredi 11 Septembre 2015 à 17:49

    Chaque mot de Montale est une pierre précieuse Eva, et l'ensemble de ses petites pierres, sont des colliers de  lumière magique et éblouissante…

    Merci d'avoir associé ma "petite photo" à ce joyau de Eugenio Montale, si pur et lumineux…

    Je t'embrasse, Francesco. 

    7
    Ymi
    Mercredi 9 Septembre 2015 à 08:44

    Merci, Eva, de ce présent fleuri et ensoleillé. Ce " petit " nous redonne généreusement tout le soleil qu'il a reçu.


    A chacun son Tournesol plus ou moins lumineux, celui de ton ami est d'une belle clarté.

    6
    Mercredi 9 Septembre 2015 à 07:29

    Bonjour Eva,

    Tournesol et soleil, un tête à tête chaleureux ou plutôt un face à face lumineux.

    5
    Mardi 8 Septembre 2015 à 23:28

    @ Dan ....sarcastic  non-non... mais c'est seulement pas la même poésie... Moi aussi j'ai pensé à Van Gogh, mais... les tournesols de Van Gogh sont trop tourmentés... il me fallait cette photo-là d'un bébé-tournesol qui portait vaillamment "au ciel d'azur, l'anxiété de son jaune visage"... Il me fallait l'espérance "où vont surgir les blondes transparences"...

    4
    DAN
    Mardi 8 Septembre 2015 à 23:16

    Quand j’entends « tournesol » tout de suite je pense à van Gogh, mais aussi à Triphon.
    Dan : t’es un briseur de poésie (rire) !

    3
    Mardi 8 Septembre 2015 à 15:45

    "Une butineuse de merveilles !" joli !happy

    2
    Mardi 8 Septembre 2015 à 15:40

    Merci Noëlle, pour Francesco, c'est certain !... Quant à moi je ne suis qu'une butineuse de merveilles... 

    J'ai voulu lier ce merveilleux poème d'Eugenio Montale avec cette photo de Francesco, parce que ce "petit tournesol" dans son pot en plastique jaune contient toute la grâce du poème d'Eugenio. C'est à cette photo que j'ai d'abord pensé (bien avant les champs de tournesols que j'aime et que je connais de mon sud ouest)... Et puis, ce que dit Francesco de son "petit tournesol", on peut l'appliquer à la vraie poésie : ce n'est pas les règles prosodiques qui font la valeur d'un poème, c'est bien plutôt la Lumière qui en émane... Francesco, c'est un "fou de lumière".... tout comme le tournesol d'Eugenio... 

    1
    Mardi 8 Septembre 2015 à 13:48

    Joli petit tournesol !

    Eva, Francesco ," la poésie, la beauté..." sont sur vos pages !

    Merci pour ce poème , bises à vous deux !

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :