•  

     

     

    Je n’ai lu de Yourcenar que « Les mémoires d’Hadrien » qui m’avait littéralement enchantée, envoûtée… Je découvre ces trois videos et je constate avec bonheur que cette femme, en plus d’être un grand écrivain, cette femme exprime exactement tout ce que je pense vraiment… Merci Madame ! vous me consolez de tout ce que j’entends à longueur d’ondes malsaines… Vous me rendez ma sérénité… 

     


    2 commentaires
  •  

    Les fruits et les fleurs de l'hiver.

     

     

    " Quelle bonne odeur c'était,

    des dates de Tunis et des bonbons !

    Il y avait des noix et des biscuits de ma Grand-mère,

    des figues séchées et des nougats...

    et sur le buffet, un joli panier,

    cela ressemblait à une peinture du Caravage,

    avec des poires et des oranges 

    du raisin et des mandarines ...

    Quel bon parfum de Noël !"

    texte et photo de Francesco Pagni © 

     

    Comme cette photo, la video est un hymne au Paradis perdu, celui de l’enfance, celui des souvenirs... Francesco a le don de magnifier les fleurs, de les montrer dans leur fragilité, leur solitude, leur beauté évanescente : la fleur au bord du rien... Battement de feuilles, frémissement de rouge, libellule de mer... Et les fruits qui appellent la caresse des yeux, la caresse des mains, la caresse du souvenir, des fruits qui sont le soleil de l'hiver... Natures-mortes palpitantes et chaleureuses, solaires, lumineuses, souvent cachées dans l'ombre, au coeur de l'intime de ses mots... Natures mortes qu'il nous offre au coeur de l'hiver, comme la corbeille de Noël sur la crédence...

     

     .

    on peut retrouver Francesco ici : My Blow Up

    et sa play-liste ici : Youtube


    1 commentaire
  •  

    La mer sans fin, différente et toujours la même...

     

     

    "Tout était si long, si lent, avançant le long de son sillon sur la mer sans fin, à la fois différent et toujours le même"

    J.M. Le Clezio  (Onitsha - 1991) 

     


    2 commentaires
  •  

    Skyline

     

    Et le sable, et la mer, et le bleu, en bandes déroulées, se partagent l’espace, 

    Et le doux, le  rugueux, le  violent, en frises déployées, s'offrent à la brûlure du soleil, 

    Ondulations provocantes, suaves, rudes et inégales...

    Larache-coeur...

     

    eva © (texte et photo Maroc 2005 côte atlantique)

    et une video sur le travail de Franco Fontana (que j'adore)  

     


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires