• Larache, est à la fois andalouse et arabe, à l'embouchure du Loukos, face à l'océan.
    C'est dans ses environs que les Anciens situaient le jardin des Hespérides, filles d'Atlas et d'Hespéris la déesse de l'Occident. Là se trouvait l'arbre fantastique chargé de pommes d'or, ces fruits merveilleux dont Hercule réussit à s'emparer après avoir vaincu leur gardien : un terrifiant dragon. Pour certains esprits plus rationnels, les pommes fabuleuses seraient des oranges, et le terrible monstre : le Loukos aux multiples méandres...




    photos eva baila ©

    12 commentaires










































  • "Bâtie en amphithéâtre et se détachant sur le bleu du ciel et de l'océan, la ville déroule à la vue ses nombreuses maisons blanches à terrasses plates, ses deux minarets, l'un rose et l'autre vert, ses vieilles murailles crènelées, et la citadelle à droite, dominant le tout."

    Fernand Schickler (Notes de voyages 1860)




    photos eva baila ©

    12 commentaires


  • « Si quelqu’un dusse passer un seul jour en Sicile et demander : Que faut-il voir ? Je répondrais sans hésiter : Taormina. C’est seulement un paysage, mais un paysage dans lequel se trouve tout ce qui semble créé sur la terre pour séduire les yeux, l’esprit et la fantaisie »  

                 Guy de Maupassant (1885)



















    Les pupi sont de grandes marionnettes siciliennes qui datent des années 1600, mais ne connurent le succès qu'à la fin des années 1800. Les "opéras de marionnettes" racontent traditionnellement les aventures de Charlemagne et de ses paladins.


    Les charrettes jadis utilisées pour le transport des marchandises, étaient peintes de scènes religieuses ou historiques. Elles sont aujourd'hui de simples objets décoratifs. Il ne reste que très peu d'originaux, et leur fabrication est hélas en voie de disparition.



    photos eva baila ©


    12 commentaires


  • Accès par Bab el-Khémis (la Porte du Jeudi) : Par son architecture et sa décoration, cette très belle porte ressemble à Bab Berdaine. Flanquée comme elle de deux bastions carrés, elle est ornée de sculptures et de céramiques vertes. Une bande d'inscriptions en caractères cursifs sombres surmonte son encadrement

    Le Sultan Moulay Ismaïl voulait épouser une fille de Louis XIV. Il édifia une capitale qui fit de lui un "Roi-Soleil" alaouite. Le mariage ne s'est pas fait mais le Roi Soleil a offert des pendules en retour...





















































































    Les vastes greniers à blé édifiés par le souverain furent partiellement démolis par le tremblement de terre de 1755. Ils servirent alors d'écuries royales.


    La place El Hédime est située entre la médina et les murailles, trouées de portes ouvrant sur la cité impériale. Ici, Bab Mansour commencée sous le règne de Moulay Ismaïl sera achevée par son fils le Sultan Moulay Abdallah en 1732.
































    Entrée du mausolée de Moulay Ismaïl





































































    La salle des ablutions du mausolée de Moulay Ismaïl est un faux patio.



    Détail de la porte en bois ouvragé et peint séparant le faux patio de la 2ème pièce.


    On voit au fond de la chambre funéraire, les deux horloges qui seraient un présent de Louis XIV

    photos eva baila ©

    18 commentaires