• Robert Rauschenberg (1925-2008)

     

    Peu connu du grand public français, il a incarné avec Jasper Johns l'un des pôles les plus significatifs de la peinture américaine contemporaine, avec sa conception événementielle de la peinture.

    Pour lui "l'art a tout à voir avec la vie, mais il n'a rien à voir avec l'art" et "mon ambition, dit-il, n'est pas de continuer à peindre des oranges pourries, mais de faire du bon journalisme".

    "Je ne fais ni de l'Art pour l'Art, ni de l'Art contre l'Art. Je suis pour l'Art, mais pour l'art qui n'a rien à voir avec l'Art, car l'art a tout à voir avec la vie."    Robert Rauschenberg.

     

     

     

    Robert Rauschenberg (1925-2008)

     

     

     

    Robert Rauschenberg (

     

     

     

     Entre toutes les videos qu'on peut trouver sur le net, j'ai choisi celle qui suit parce qu'on peut voir ses mains...

     (la visualisation des propos en anglais peut être activée sur la video en cliquant sur "sous-titres")

     



     Lire aussi : robert-rauschenberg-fait-le-point-sur-sa-carriere-et-sa-methode.html

    « A walk to the Paradise Garden (William Eugène Smith)L'atelier d'un peintre : Francesco Pagni. »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    12
    Mardi 18 Août 2015 à 10:01

    @ Noëlle : merci Noëlle, j'ai découvert Fabienne Verdier par hasard, et je pense faire un post sur elle (qui n'est pas une peintre d'accès facile, mais qui est un personnage tellement intéressant) et j'ai vu que toi, tu as lu son livre ! J'en parlerai aussi. Bises Noëlle et bonne journée.

    11
    Lundi 17 Août 2015 à 20:40

    Magnifique Eva !

    Et merci de nous parler de Fabienne Verdier, j'ai lu quelques lignes de " la passagère du silence" très envie de le lire !

    Un très beau billet !

    Je t'embrasse , bonne soirée !

    10
    Lundi 17 Août 2015 à 09:46

    Bonjour


    J'aime bien ses peintures


    Bisous

    9
    Lundi 17 Août 2015 à 09:13

    J'aime beaucoup sa peinture : merci de me la remettre à l'oeil ce jour ...  :-)

    8
    Lundi 17 Août 2015 à 09:01

    @ El Duende : Je pense que les vrais créateurs passent à la postérité, de ce fait les vrais amoureux de la vie aussi : il n'y a pas de créativité sans force de vie. Je t'embrasse, passe une belle journée :-)

    @ Francesco : Andy Warhol est plus connu du grand public, mais pour les raisons que tu dis, je lui préfère de loin Robert Rauschenberg (chaleur, passion, inventivité et diversification des techniques)... Pour le choix des images, ce n'est pas toujours facile, tout est si intéressant... En explorant les videos sur Rauschenberg, j'ai découvert Fabienne Verdier... Ce fut une belle surprise, tout à fait étonnante... Merci Francesco, ti abbraccio  (che bella immagine !) smile

    @ Jean-François : oui, tu l'as dit ! c'est gonflé un peu de faire de l'effaçage De Kooning ! Merci de ton passage, amitiés.

     

    7
    Dimanche 16 Août 2015 à 19:28

    Bonsoir eva,

    Merci de parler un peu de Rauschenberg que j'aime beaucoup, ayant visité en son temps sa rétrospective au Guggenheim. Quelqu'un a dit de lui qu'il était comme un maître ancien qui aurait compris la lecture de son temps. C'est tout-à-fait vrai. Il est tout de même connu du public français, beaucoup plus que Cy Twombly ou Jasper Johns et je me souviens d'une expo de ses posters au Musée Maillol qui avait déplacé pas mal de monde.Enfin, j'aime bien les artistes qui ont de l'humour : effacer un dessin de son ami De Kooning et l'intituler 'Erased De Kooning Drawing', il fallait le faire !

    6
    Dimanche 16 Août 2015 à 19:19

    Encore un billet magnifique Eva… intelligent, essentiel, qui rend hommage à une icône de l'Art Américain, ses "Red Painting", et ses "Combine Painting" sont sans doute l'anticipation de la Pop Art, des reportages artistiques, qui sont le miroir de la société américaine des années '60. Mais je trouve que son langage, qui puise dans la culture Européenne, rend son oeuvre, au contraire de la Pop Art, froide et en un certain sens très mécanique, plus "humaine", "chaude", et "passionnelle"… cela est du aussi à l'emploi dans ses oeuvres du collage photographique, de la culture cinématographique, et de tous les matériaux possibles de la vie réelle…

    Les images que tu as choisis sont parfaitement adéquates, et la video est très belle…

    Merci Eva, quel plaisir de retrouver chez toi ces merveilleux artistes…. Baci, Francesco. 

    5
    El duende
    Dimanche 16 Août 2015 à 15:35

    Tout à fait d'accord avec ton discours Eva. On ne crée pas pour la postérité mais parce que c'est une nécessite vitale pour le créateur. Ensuite, il y a la reconnaissance qui vient ou non. Certains s'aident des réseaux. C'est très utile les réseaux mais leur effet ne résiste pas au temps. C'est à dire qu'on ne peut faire passer un canasson pour un phénix longtemps. Tôt ou tard le verdict tombe. Beaucoup d'appelés et peu d'élus pour les premières places qui dépendent uniquement de la nouveauté de l'œuvre par rapport au flux du mouvement artistique.

    4
    Dimanche 16 Août 2015 à 10:30

    @ Gérard : on trouve sur le net une quantité formidable de photos concernant l'oeuvre de Rauschenberg. Les deux premières ici me semblaient illustrer le plus sa démarche visant sa "conception événementielle". Elles sont sans doute les plus connues. Il était sculpteur aussi et ses sculptures sont tout à fait étonnantes.

    3
    Samedi 15 Août 2015 à 22:25

    Un faible pour la troisième peinture

    2
    Samedi 15 Août 2015 à 19:16

    Bonsoir Dan, oui, je sais, tu n'aimes pas l'art contemporain... Lorsque Jean-Louis David peint le sacre de Napoléon, il fait oeuvre de témoin de son temps, autrement dit, il fait du journalisme... Personne ne prétend que Jean-Louis David n'est pas un artiste. Lorsque Rauschenberg invente cette façon de témoigner de son temps, pourquoi ne servirait-il pas l'Art ? Pour lui, ainsi que je le cite "l'art a tout à voir avec la vie".... avec l'événement... Ce que j'aime chez les artistes (qu'ils soient peintres, sculpteurs, architectes, photographes, poètes...) c'est leur inventivité. L'homme des cavernes ne se demandait pas s'il servait l'Art... il peignait, il inventait, voilà, pour moi, c'est ça la créativité. L'instant où l'on est capable d'inventer une forme d'expression nouvelle. Munch ne peignait pas pour faire "joli"... sa peinture pouvait crier... Elle n'était pas peinte pour être accrochée dans un salon... Elle était... C'est tout, elle vibrait, elle hurlait. Bon, après, on aime ou on n'aime pas... Mais Rauschenberg est passé à la postérité, c'est déjà certain. Bonne soirée Dan et merci de ton com, j'apprécie toujours ta sincérité. yes 

    1
    DAN
    Samedi 15 Août 2015 à 18:45

    Il sait parler d’art sans revendiquer qu’il en fait, l’histoire et le temps se chargeront de dire si cela en est ou pas !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :