• Rouen, l'Aître St Maclou

     

    Aître St Maclou

     

    L'aître Saint-Maclou est un ancien cimetière charnier datant du XVIe siècle, situé 188 rue Martainville à Rouen.

    Il constitue un des rares exemples d'ossuaire de ce type subsistant en Europe.

    L'aître Saint-Maclou fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis 1862. 

     

     

     Aître St Maclou 5

     

    On y accède par un petit passage couvert. Ce cimetière dénommé "aître" (du latin atrium désignant la cour intérieure précédant l'entrée de la villa romaine, et par extension, le cimetière situé en avant de l'église) est implanté au centre de la paroisse St Maclou intégrée au centre de la cité depuis 1253. C'était l'une des paroisses les plus grandes et les plus peuplées, poumou d'une des activités principales de Rouen : le travail textile. La création de l'Aître St Maclou remonte à la Grande Peste Noire (1348), l'une des plus meurtrière que connut l'Europe (selon le chroniqueur Froissart, près d'1/3 de la population est touchée). Il supplante l'ancien cimetière devenu trop exigu qui s'étendait depuis le 13ème S au nord de l'église St Maclou.  

     

    Aître St Maclou 1

     

    En 1521 et 1522, face à une nouvelle épidémie de peste, la paroisse décide d'augmenter la capacité du cimetière en construisant tout autour, trois galeries surmontées d'un comble à usuage d'ossuaire. Pendant les épidémies, devant le nombre croissant de cadavres et les risques de contagion, les corps sont enveloppés d'un simple linceul et jetés pêle-mêle dans de grandes fosses communes occupant l'espace central de l'aître. Avec la création de l'ossuaire (bâtiment où sont conservés des ossements humains) les fossoyeurs exhument les ossements après putréfaction des chairs (processus accéléré par l'emploi de chaux vive) et les entassent au-dessus des galeries dans l'espace compris entre les plafonds et la charpente du toit.

     

    Aître St Maclou 4

     

    Trois galeries bordent la cour du cimetière, Dotées d'un soubassement en pierre, elles sont rythmées par des colonnes sculptées inspirées de la Renaissance. Prenant appui sur celles-ci, une ossature en bois constituée de poutres horizontales nommées sablières, et de potelets verticaux accueille l'espace destiné à servir d'ossuaire.

    Les poutres sont décorées de motifs macabres, ossements, instruments liturgiques ou encore instrument du fossoyeur (des pioches, cercueils). Les colonnes des galeries ouest et est sont ornées de couples figurant une danse macabre.

    Aujourd'hui, l'école régionale des Beaux Arts de Rouen dispense à près de 180 étudiants un enseignement artistique supérieur en arts plastiques. Les galeries d'exposition situées dans la galerie sud et rue Martainville ajoutent au rayonnement de l'école par l'accueil d'artistes de renom national ou international.   

     

    Aître St Maclou 3

     

     

    Ici :  Rouen  vous pourrez voir l'aître St Maclou, qui se présente en été comme un calme jardin engazonné et fleuri, et vous pourrez lire un poème de François Villon illustrant à merveille la danse macabre.

    (photos d'eva)

     

    « Mon tour d'Asie (Michèle Bec)Rouen, boutique médiévale. »

  • Commentaires

    12
    Bill l
    Vendredi 8 Août 2014 à 18:53
    Arrête de rougir !! Dis plutôt que tu as recopié la notice à l'entrée du lieu...
    11
    Mardi 25 Mai 2010 à 21:59
    "aître", voilà un mot que je ne connaissais pas. Je me coucherai plus malin que je me suis levé!
    10
    Mardi 25 Mai 2010 à 13:43

    Arf ! en plus c'est vrai !!

    9
    Mardi 25 Mai 2010 à 13:25

    whaaao !! Merci, merci beaucoup !

    8
    Mardi 25 Mai 2010 à 13:24

    la peste, le choléra, la syphilis, et toutes les maladies vénériennes soignées maintenant par les antibiotiques... (c'est trop rigolo d'entendre dire maintenant que les antibiotiques sont nocifs !!! -de qui se moque-t-on ?)... oui, toutes ces terreurs ont été remplacées par l'horrible sida... (l'horrible sida qui continue à progresser partout hélas...) 

    Bises Danae.

    7
    DAN
    Mardi 25 Mai 2010 à 13:18
    Très très bon résumé de l'histoire ce lieu. Je l'ai visité lors des dernières journées du patrimoine en 2009 ! Ah si j'avais pu avoir un guide comme vous, le plaisir aurait sans doute été que plus grand encore !
    6
    Mardi 25 Mai 2010 à 10:31
    L'épidémie de peste en a fait des morts autrefois, il fallait bien un endroit où mettre tant de restes. Notre monde n'a pas beaucoup évolué, il n'a plus la peste ni le choléra, mais il a le sida, c'est aussi une terrible peste. Merci Eva de ton beau reportage et bises.
    5
    Lundi 24 Mai 2010 à 23:07
    Magnifique encore, merci et bonne semaine Eva.
    4
    Lundi 24 Mai 2010 à 21:58
    Je découvre cet aître saint-Maclou sur ton blog j'ignorais son existence;Un reportage très intéressant
    Bises
    3
    Lundi 24 Mai 2010 à 20:12

    oui, c'est un très joli cimetière... et nous ne finirons pas tous dans un lieu aussi charmant n'est-ce-pas ?

    2
    Lundi 24 Mai 2010 à 19:33
    Nous proposer un cimitière en cette fin de WE de Pentecôte, c'est audacieux chère Eva. Mais le lieu a l'air magnifique. Bisous. Dominique
    1
    Lundi 24 Mai 2010 à 19:15
    C'est une promenade qui en vaut le détour.
    De beaux sites en France, n'est-ce pas ?
    Bisous
    clem
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :