• Soumaya (André Guardiola)



    Soumaya

    N'y aurait-il pas chez elle de place
    Pour le moindre Jules qui passe                                      Toujours est-il qu'elle a admis
    Le moindre pauvre André éperdu                                     Que je sois tout contre elle cette nuit
    Elle semblait me dire "bienvenu,                                      Je me suis lové comme j'ai pu
                                                                                          J'étais... comme si j'étais ému
    Tu coucheras à côté de moi
    Je demanderai à ton bras                                                Nous étions tous les deux fatigués
    De me réchauffer les deux seins                                     Mais mon sommeil a trop tardé
    C'est toujours mieux qu'un traversin"                              Ou alors j'ai rêvé, je n'en sais rien

    Que d'autres aillent mourir d'orgueil                               En tout cas, je voulais qu'elle dorme bien
    Je préfère dormir sans fermer l'oeil                               Que d'autres aillent mourir d'orgueil
    Sur la moquette de Soumaya                                            Je préfère dormir sans fermer l'oeil  
                                                                                           Sur la moquette de Soumaya
    Si elle redouble de ronflements
    Je trouve qu'elle respire joliment                                    Son lit était vraiment trop petit
    Si elle me refuse son corps                                             J'ai quitté sa chaleur sans un bruit
    Je trouve que j'attendrai encore                                     Le clair de lune est sur sa peau
                                                                                           Mes yeux s'en détournent aussitôt
    Je trouve que tomber à ses pieds
    C'est la plus grande des fiertés                                       Je partirai vers les sept heures
    Et comme il n'y a pas de sofa                                           Sa bonne odeur sera sur mes lèvres  
    Je dors par terre d'où je la vois                                      Je vais lui sourire en douceur 
                                                                                           Pour qu'elle n'abandonne pas ses rêves
    Que d'autres aillent mourir d'orgueil
    Je préfère dormir sans fermer l'oeil                               Que d'autres aillent mourir d'orgueil
    Sur la moquette de Soumaya                                            Je préfère dormir sans fermer l'oeil
                                                                                           Sur la moquette de Soumaya.

                                                                                                                            André Guardiola
    link Mieuvotar
    link Myspace Guardiola
    (chanteur auteur compositeur guitariste)

    (photo eva)  
                                                                              

    « Duras (Lot et Garonne)Les Météores (Grèce) »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    15
    Philippe96
    Vendredi 8 Août 2014 à 19:14
    Nous aussi nous découvrons..et avouons que nous n'avions ètè que rarement sur "Myspace" par manque de temps..bonne soirèe,bises amicales
    14
    Samedi 7 Février 2009 à 15:04

    Merci Giselle, à bientôt...

    13
    Vendredi 6 Février 2009 à 11:14
    Coucou Eva me revoilà, j'ai eu des problèmes informatiques et j'étais tristounette de ne pouvoir aller sur les sites des amis et connaissances, erci pour la petite musique et ce poême plein de vérité.A bientôt bisou Giselle
    12
    Jeudi 5 Février 2009 à 22:33

    C'est sûr, on manque de temps ! vivement la semaine des 33 heures ! Bises. eva.

    11
    Jeudi 5 Février 2009 à 22:32

    oui, "un chant d'amour où plane le merveilleux"... un amoureux qui dort sur le tapis, cela n'est guère banal... Fallait qu'elle soit belle, et extra-ordinaire ! Merci d'être passée Jeanine. Bises. eva.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    10
    Jeudi 5 Février 2009 à 22:22
    Bonne soirèe en effet"Myspace"nécessite des soirées pour découvrir de véritables "Perles" ..Bises
    9
    Jeudi 5 Février 2009 à 20:04
    Un chant d'amour où plane le merveilleux, la magie, un je ne sais quoi qui sonne vrai, l'indicible à nos yeux offert...
    8
    Jeudi 5 Février 2009 à 09:49

    Merci à toi André, merci d'avoir partagé : le plaisir de l'écriture passe aussi par le désir d'être lu. La vie ne vaut rien sans le désir et le plaisir toujours renouvelés.
    Bises fraternelles. eva.

    7
    Jeudi 5 Février 2009 à 09:32
    Je commencerait comme la chanson de Tryo, Toi et moi: "Ce matin", quelle jolie surprise, tous ces mots chaleureux, ces commentaires si agréables, pour "Soumaya", la femme libre. "Ce matin", je ne fais pas de rime, encore moins de déprime, je dis merci tout simplement aux lecteurs et lectrice d'eva. "Toi et moi", ou plutôt eux et nous, sur la sphère overblog, malgré la virtualité, nous avons pu nous apprécier... Encore merci beaucoup à tous, en commençant par l'hôte du lieu.
    6
    Jeudi 5 Février 2009 à 07:09
    L'érotisme et la sensualité de ce texte est vraiment magnifique. Il a ce je ne sais quoi d'oriental.
    5
    Mercredi 4 Février 2009 à 23:07

    C'est génial Myspace, c'est très "space" !! Bonne soirée, bises. eva.

    4
    Mercredi 4 Février 2009 à 19:59

    Vous avez en commun aussi que vous avez tous deux du talent, et si les gens de talent peuvent se rencontrer sur ma page, j'en serais ravie...
    Bises. eva.

    3
    Mercredi 4 Février 2009 à 19:55
    Je découvre l'auteur, l'artiste,le chat, la poésie et la page myspace (nous avons des "amis" myspace en commun d'ailleurs), j'aime beaucoup.
    2
    Mercredi 4 Février 2009 à 10:45

    Pathétique ? moi je trouve qu'elle est émouvante, mais émouvante et joyeuse, comme la fille pour qui elle a été écrite : une fille libre... j'ai aimé ce poème dès la première lecture...
    il exprime la vraie liberté : pas celle qu'on prend pour faire n'importe quoi n'importe comment, la liberté qu'on mérite quand on est sincère, simple, authentique... 
    J'aime aussi le sentiment exprimé par cet homme amoureux : à la fois le désir, le respect, la tendresse...
    Un joli poème sans mièvrerie et plein de sensualité exprimée avec pudeur et humour aussi.
    Bravo André.

    1
    Mercredi 4 Février 2009 à 10:30
    pathétique cette chanson. clem
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :