• Surgis ! (Paul Eluard)

     

    "Une île et la mer diminue

    L'espace n'aurait qu'un frisson

    Pour nous deux un seul horizon

    Crois-moi, surgis ! Cerne ma vue,

    Donne la vie à tous mes rêves

    Ouvre les yeux."

     

    Paul Eluard (Surgis)

     

    « Leurre d'amour...Et dans tes cheveux... »

  • Commentaires

    5
    Vendredi 15 Mai 2015 à 13:40

    Sublime illusion contenue dans ces vers magnifiques...

    4
    Jeudi 14 Mai 2015 à 19:16

    Foudroyante instantanée d'Eluard, chaque vers est d'une intensité émouvante… ta photo, sombre et chaude est une superbe chorégraphie pour ce poème si raffiné… Baci Eva! Merci de cette belle page!

    3
    Mercredi 13 Mai 2015 à 17:19

    @ Georges : ils sont si nombreux à mériter notre attentive lecture, notre amour, notre admiration, que la vie ne suffira pas... Celui que tu appelles ton maître écrit aussi "La seule signature au bas de la vie blanche, c'est la poésie qui la dessine." Oui, la poésie, la poésie... c'est le seul nom que j'écrirai partout...  le seul qui console, et le seul qui guérit de bien des maux... L'amour intellectualisé reste l'amour, il n'y a pas d'autre mot pour ce mal radieux, lancinant et fulgurant... 

    2
    Mercredi 13 Mai 2015 à 14:26

    Coucou chère Eva, je suis éblouie par les couleurs lumineuses de ta photo et je bois sa lumière comme lézard sur la pierre ! Bises

    1
    Mercredi 13 Mai 2015 à 14:14

    Supplique à la Belle en des mots de poésie pure.............................Le poème en entier est une merveille et  le rouge perd de sa superbe petit à petit.............................Un Amour intellectualisé certainement.

    Eluard grand Ami de René Char...........................Connais-tu Char?

    Si non...........lis le Maître..........(sourire).

    A la mort d'Eluard.......

    "Pourquoi m'interrogez-vous , à présent , sur Paul Eluard? Sa vraie mobilité , sa course glorieuse , durant laquelle , rare et merveilleux poète , il va enfin pouvoir distancer par le seul verbe ses bons frères de partout , vient de commencer depuis ce matin neuf heures. Nous ne pouvons plus rien pour lui et il pourra encore beaucoup pour nous.".................1952.

    Propos recueilli in  "Recherche de la base et du sommet"...........René Char.............collection NRF.

     

    Encore une fois merci Eva..................je replonge avec avidité dans le verbe.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :