• Tag mort

    Résultats pour la recherche du tag mort :
  • ...Esquieu, Christian Rapin, Jean Rigouste. (Anthologie de l'expression occitane en Agenais.) Paul Froment est né à Floressas, petit village du Lot, il y est resté très attaché jusqu'à sa mort tragique. Il y est également enterré. On peut lire un billet très complet   ici   sur Paul...

    Lire la suite...

  •     « Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles »   Il avait écrit cette phrase de Sénèque sur la première page de son agenda… Il respectait ses parents, il adorait sa femme, il...

    Lire la suite...

  •     Elle avait amassé de lourdes pierres dans son coeur et s’était enfoncée lentement dans ce Bleu qu’elle aimait tant… Ainsi, doucement  Bleu de Klee avait léché ses chevilles, frôlé ses jambes nues,  était entré en elle, par toutes les portes de son corps...     Elle...

    Lire la suite...

  •         photo eva, Agrigente, Vallée des Temples 

    Lire la suite...

  •     La mort viendra et elle aura tes yeux cette mort qui est notre compagne du matin jusqu'au soir, sans sommeil, sourde comme un vieux remords ou un vice absurde. Tes yeux seront  une vaine parole, un cri réprimé, un silence. Ainsi les vois-tu le matin,  quand sur toi seule tu te penches au...

    Lire la suite...

  •     J’ai fait un mariage de raison avec la vie, j’ai un flirt permanent avec la mort, et le rire est mon ami de chaque jour, un ami indéfectible… eva, le 25 avril 2009 ©    

    Lire la suite...

  • ...était une vieille cousine à elle, à demi-folle.  Mais il apprend, un peu plus tard, qu’Anna Brigatti est morte quelques années auparavant... Il mène alors une enquête, hante le quartier où vivait Anna autrefois, la poursuit plus loin, hors la ville, vers une autre demeure. Nino voit ses...

    Lire la suite...

  • ...à des toreros dont la taille ne dépassait pas 1,58m. On imagine avec effroi et fascination la danse d’amour et de mort jouée par ces deux-là : le taureau de 500kg et le toréro à peine plus grand qu’un enfant. Ces petits costumes fanés constituent mon souvenir le plus ému et le plus...

    Lire la suite...

  •     Je dis "Bats-toi". "Bats-toi" répétai-je. C'est l'effort et la lutte, c'est l'état de guerre perpétuel, ce sont les déchirures et les épissures - telle est la bataille quotidienne, la défaite ou la victoire, la poursuite qui nous absorbe. Les arbres, dispersés, se remirent en ordre ;...

    Lire la suite...

  •   Où sont les Morts, les pauvres Morts abandonnés des vivants ? Ceux que personne ne vient plus fleurir, ceux qui sont oubliés depuis longtemps ? Ceux à qui l’on ne parle plus, ceux qui n’ont rien écrit, rien bâti, rien chanté ? Ceux qui errent dans les limbes, sans...

    Lire la suite...