• Tag mots

    Résultats pour la recherche du tag mots :
  • Photo Robert Doisneau     Minuscule… tu l’attends dans la courbe… Tellement seul, tellement fragile, tellement lointain… Toujours là cependant, jusqu’à la nuit, jusqu’au matin, A la lisière d'elle, sans reproche, sans un cri joyeux, sans pleurs Sans un geste… sans un pas, sans un...

    Lire la suite...

  • Francesca Woodman : Envol ( Esprits Nomades )     C’est un ange abandonné de tous, c’est un ange abandonné d’ailes… Les chevilles de l’ange, les cheveux de l’ange, et la voix de l’ange, les mains de l’ange et le sourire de l’ange occupent l’espace désolé… Dans le pollen...

    Lire la suite...

  • L’or de ses cheveux diffuse la lumière, Sa bouche altière est celle des princesses qui savent leur destin, Triste destin, renoncement aux gestes habituels des enfants ordinaires… Margarita, Infante d’Espagne, toute petite, d'une exquise délicatesse, Parée de dentelles et velours, en robe...

    Lire la suite...

  •   C’est la fuite en avant, d’un archange déchu aux ailes de pierre C’est la fuite éperdue d’un ange déçu aux chevilles de vent, En quête d’Absolu, Perdu dans l’étroit et noir passage du Rien… Exit...   eva, ce 12 mars 2015   Photo et tableau Michel Giliberti Site du peintre...

    Lire la suite...

  •       "Dis à celui qui hésite, balbutie étranglé par la crainte des mots Lèvres béantes tu es, assoiffées Privées de mots... Appels inquiets muets tu es... Orphelin des mots... trêve de silence, d'absence Vas-y, ose quelques mots... Dis... Crie... Gémis Souffre et meurs dans les mots"...

    Lire la suite...

  •     Mes mots mes pauvres mots ne sont plus des oiseaux tant ils ont déchiré leurs ailes aux barreaux de la cage   mes mots ne sont plus que lucioles  attirés par Lumière de tes yeux et de ton silence...   eva  ©   Illustration : "L'oiseau" Picasso 1928   et avec la permission de ...

    Lire la suite...

  •     Elle avait amassé de lourdes pierres dans son coeur et s’était enfoncée lentement dans ce Bleu qu’elle aimait tant… Ainsi, doucement  Bleu de Klee avait léché ses chevilles, frôlé ses jambes nues,  était entré en elle, par toutes les portes de son corps...     Elle...

    Lire la suite...

  •     Les matins d’automne, je venais au devant d’elle, dans le brouillard épais de la ville… Je descendais la rue Beauvoisine, et tout au bout de la rue des Carmes, elle surgissait comme la toile de Monet « Par temps gris »… Et je la voyais comme Monet l’avait peinte, et telle...

    Lire la suite...

  •       L’école était comme une ruche, studieuse et bourdonnante. Elle berçait mes jours, ponctuait les saisons et enchantait mon quotidien. L’école était le cœur battant du village, mais pas seulement, elle était le cœur battant de mon foyer… Je l’entendais, la devinais, la...

    Lire la suite...

  •           Petit Faune qui danse dans la lumière,     au centre du grand atrium toscan de la maison de   Sylla, Petit Faune dansant, parmi les visiteurs indifférents, Petite merveille de grâce, de jeunesse éternelle et de beauté inaltérable, Petit dieu adorable, tu danses au bord de ma...

    Lire la suite...