• "Un chagrin blanc sans remède"

     

    "Un chagrin blanc sans remède"

     

    "Ce qui m'intéresse, ce sont les signes que trace l'homme sans le savoir, mais sans faire mourir la terre. Ce n'est qu'alors qu'ils ont un sens pour moi, ils deviennent émotion. Finalement, photographier, c'est comme écrire : le paysage est plein de symboles, de signes, de choses cachées. C'est un langage inconnu que l'on commence à lire, à connaître où on commence à l'aimer, à le photographier. Ainsi le signe devient voix : il m'explique certaines choses. Pour d'autres, par contre, il reste une tache."  Mario Giacomelli (photos et citation)

     

    "Un chagrin blanc sans remède"

     

     

    « A Saint Amand de Coly sur les pas de François AugiérasLa naissance de l'Art. »

  • Commentaires

    10
    Samedi 21 Octobre 2017 à 20:27

    Giacomelli est poésie....superbe !

    Merci Eva, je t'embrasse

    9
    Vendredi 20 Octobre 2017 à 18:31

    Comme tu as bien su voir la terre de ce Maroc

      • Vendredi 20 Octobre 2017 à 19:03

        oh merci mon ami ! De tous les voyages que j'ai fait pendant 10 ans (pas trop loin cependant...) je crois que c'est le Maroc qui m'a vraiment le plus émerveillée... en raison de cette minérale beauté exprimant avec force et magnificence toute une mystérieuse et sauvage poésie venant d'un autre âge (ou d'un autre monde)

    8
    Vendredi 20 Octobre 2017 à 18:29

    Mais photographier, c'est écrire ... avec la lumière ... c'est même exactement ce que ça signifie ... :-)

      • Vendredi 20 Octobre 2017 à 19:04

        oui Nikole, mais tout le monde n'a pas su le faire comme Giacomelli qui était vraiment d'une grande humilité devant la beauté...

    7
    Vendredi 20 Octobre 2017 à 16:39

    BonJour Eva,

    Même dans la géométrie il y a de la poésie.

    6
    Dan
    Vendredi 20 Octobre 2017 à 12:15

    Vu du ciel, les traces laissées pas l’homme offrent une lecture complète d’un épisode de son histoire. Au sol on ne peut lire qu’une page et c’est très incomplet !

      • Vendredi 20 Octobre 2017 à 14:50

        oui, c'est plus énigmatique, mais les deux points de vue sont surtout pleins de poésie...

    5
    Vendredi 20 Octobre 2017 à 11:36

    Un émerveillement  toujours intact que celui de ce vrai visage de la terre mariée à l'homme ; hélas l'industrialisation rétrécit de plus en plus ce champ d'émotions.
    Ce pourquoi, entre autres, le Maroc m'émeut, cette connivence entre la trerre et l'homme est encore omniprésente.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :