• Un goûter chez les fous (Lewis Carroll)

    Un goûter chez les fous (Lewis Carroll)

    "Devant la maison, sous les arbres, une table était dressée, le Lièvre de Mars et le Chapelier prenaient le thé. Un loir endormi, était assis entre eux, et tous deux, commodément accoudés sur lui, comme sur un coussin, conversaient tranquillement. "Ce doit être bien gênant pour le loir, pensa Alice, il est vrai que comme il dort, il ne doit rien sentir." 

    La table était immense, mais tous les trois étaient serrés l'un contre l'autre à un coin. Lorsqu'ils virent Alice, ils se mirent à crier :

    - Pas de place, pas de place !

    Alice indignée, leur cria :

    - Il y en a même de trop, de la place, et ce disant, elle s'assit dans un fauteuil, à l'autre bout de la table.

    - Voulez-vous un peu de vin ? dit le Lièvre d'un ton aimable.

    Alice jeta un coup d'oeil sur la table et lui fit remarquer qu'il n'y avait que du thé.

    - En effet, il n'y a pas de vin, dit le Lièvre.

    - C'est vraiment impoli de votre part de m'en offrir, dit Alice en colère.

    - C'est vraiment impoli de s'asseoir à une table sans y être invité.

    - J'ignorais que c'était votre table, il peut y tenir beaucoup plus de trois personnes.

    - Vos cheveux ont besoin d'être coupés, dit le Chapelier, qui fixait Alice depuis un moment avec curiosité.

    C'était sa première parole...

     

    Un goûter chez les fous (Lewis Carroll)

     

    [...] La conversation tomba et pendant le silence, Alice rassembla ses souvenirs sur les corbeaux et les pupitres, et vit qu'ils étaient peu nombreux.

    Le premier, le Chapelier rompit le silence en demandant à Alice ; "Quel jour sommes-nous ?" Et en même temps, il avait sorti sa montre de sa poche, la regardant avec inquiétude, la secouant et la portant à son oreille. 

    Alice réfléchit un instant et lui dit :

    - Le quatre.

    - Deux jours de différence ! soupira le Chapelier. Je vous avais bien dit que le beurre ne vaut rien pour graisser les montres, dit-il au Lièvre d'un air furieux.

    - C'était pourtant la meilleure qualité de beurre, répondit humblement le Lièvre.

    - Mais il devait y avoir des miettes dedans, vous n'auriez pas dû vous servir du couteau à pain, grogna le Chapelier.

    Le Lièvre prit la montre, la regarda tristement, puis il la plongea dans sa tasse de thé, la regarda encore, mais il ne put rien trouver à dire que, de nouveau : C'était vraiment la meilleure qualité de beurre...

    Lewis Carroll (Alice au Pays des Merveilles ) 

    Un goûter chez les fous (Lewis Carroll)

     

    photos eva, Rouen, 27 novembre 2014

    « GravityCesare Pavese : "La mort viendra et elle aura tes yeux" »

  • Commentaires

    11
    Lundi 1er Décembre 2014 à 19:51

    oui, reprends donc ce livre... C'est mon préféré... Je ne me sens bien que dans le rêve... et je voudrais ne jamais me réveiller... Tu le sais, toi, je suis une malheureuse erreur de la nature... 

    10
    el duende
    Lundi 1er Décembre 2014 à 19:12

    mais pourquoi n'ai-jamais fini ce livre... Je vais le reprendre : trop besoin de merveilleux décalé !

     

     

    9
    Dimanche 30 Novembre 2014 à 19:51

    Un univers magique tout droit sorti d'un conte de fée! J'apprécie le rendu trouble et troublant de la dernière de la série. Bonne fin de soirée chal-heureuse!

    8
    Dimanche 30 Novembre 2014 à 17:47

    Moi aussi Francesco, j'aime beaucoup Alice ! Les aventures d'Alice sont l'un de mes livres de chevet, un de ceux que j'ai plaisir à ouvrir à n'importe quelle page !

    7
    Dimanche 30 Novembre 2014 à 13:11

    J'adore cet hommage à Lewis Carroll Eva, un souffle léger qui ramène à l'enfance et qui donne envie de relire encore une fois "Alice bel paese celle meraviglie"…. 

    6
    Dimanche 30 Novembre 2014 à 09:38

    Bonjour Eva, la vitrine je la trouve trop belle, je te souhaite une bonne journée !

    5
    DAN
    Samedi 29 Novembre 2014 à 20:22

    Heureusement que j'ai à faire avec une personne qui a de l'humour, sinon t'imagines ? wink2

    4
    Samedi 29 Novembre 2014 à 17:29

    lol ! les infirmiers de l'hôpital psychiatrique bien sûr !!!! tongue

    3
    DAN
    Samedi 29 Novembre 2014 à 16:11

    Qui sont les deux hommes en blouse blanche derrière toi  ? ^^

    2
    Samedi 29 Novembre 2014 à 10:25

    ah ah ah ! oui, ça m'arrive de temps en temps.... jusque là j'en suis toujours revenue ! J'ai appris récemment que Lewis Carroll était aussi mathématicien (sous un autre nom) ! J'ai pris ces photos à Rouen, en vitesse... je poursuivais un lapin blanc qui regardait sans cesse sa montre de gousset... (et pour cause ! il avait un train à prendre !) 

    1
    DAN
    Samedi 29 Novembre 2014 à 09:53

    Ma parole, tu es passée au travers du miroir ! ? ! ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :