• Un thé au Sahara (Bernardo Bertolucci)

    Un thé au Sahara (Bernardo Bertolucci)

     

    Un film long, lent, somptueux... Une sorte de rêve éveillé comme doit l'être le cinéma. De Tanger à Agadez un couple d'Américains, Port et Kit Moresly, en compagnie de leur ami Tunner, parcourt l'Afrique du Nord. Les Moresly bien que mariés depuis onze ans, sont loin d'être unis. Au cours du voyage Kit a une brève aventure avec Tunner. Port Moresly meurt de la fièvre typhoïde. Kit se sent responsable de cette mort. Elle fuit devant son passé. Une caravane l'emporte dans le désert. La jeune femme, saisie d'une espèce de délire sensuel découvre l'amour charnel avec un Touareg qu'elle se met à aimer éperdument. Peu à peu son esprit se détraque, elle est fascinée par l'Afrique, sa prodigalité et son pourrissement, sa vitalité et sa décadence. Bernardo Bertolucci a respecté l'esprit du roman de Paul Bowles, son atmosphère, l'humanité des personnages, leur parfaite solitude, leur malaise intérieur, la compréhension aigüe de l'Afrique.

    Les images de Bertolucci sont enchanteresses. Bien entendu, rien ne remplace l'écriture de Paul Bowles dont le roman a paru en 1949 sous le titre "Sheltering sky"  

     

     

     

    lire aussi : extrait

    « Emmène-moi avec toi (Attilio Bertolucci)Amarg »

  • Commentaires

    11
    Dimanche 25 Janvier 2015 à 17:11

    Henri-Pierre, tu as raison, c'est cela qui m'a tant plu, à la fois dans le roman, et dans le film... Cette femme qui se perd dans l'amour, comme on se perd dans le désert... comme on se perd dans la douleur physique...

    10
    Dimanche 25 Janvier 2015 à 16:53
    Henri-Pierre

    Aller jusqu'au bout de soi dans le désespoir de la beauté

    9
    Jeudi 22 Janvier 2015 à 20:11

    Oui Francesco, Paul Bowles a joué dans une séquence d'introduction en noir et blanc... J'avais lu d'abord le roman, et j'ai trouvé l'adaptation tout à fait fidèle... J'ai beaucoup aimé les deux

    8
    Jeudi 22 Janvier 2015 à 20:08

    "Il thé nel deserto", un grand film de Bertolucci que j'ai beaucoup aimé, une atmosphère à couper le souffle…. Bien sur, Paul Bowles est un mythe et si je me rappelle bien il a joué dans le film, un petit rôle mais sublime...

    7
    Jeudi 22 Janvier 2015 à 17:13

    Je l'ai vu, je ne me souviens plus, il faudrait que je le revoie car j'ai l'amour du désert dans le coeur, comme tu le sais ! Bises chère Eva

    6
    Jeudi 22 Janvier 2015 à 15:43

    ah ben alors !!! si ekla mange les com en route ! Bises Noëlle !

    5
    Jeudi 22 Janvier 2015 à 15:41

    Je pensais avoir laissé un com....j'avais adoré ! à voir..à revoir...

    Eva , je t'embrasse , bonne journée !

    4
    Mercredi 21 Janvier 2015 à 19:10

    @Dan : c'est vertigineux de beauté, et l'histoire de ce couple oisif qui ne sait pas être heureux, c'est fascinant....

    @ Nathanaël : Dans l'extrait qui est en lien orange à la fin du billet, Bowles décrit un instant de grande fièvre (ce qu'on appelle couramment "délire") et c'est extraordinaire de précision, de réalisme... le lecteur peut toucher du doigt ce qu'est vraiment un délire fièvreux. ça m'avait beaucoup impressionnée : j'avais d'abord lu le roman, et j'avais adoré, et puis ensuite j'ai vu le film et j'ai trouvé que l'esprit du film reste très fidèle au roman...

    3
    DAN
    Mercredi 21 Janvier 2015 à 18:56

     

    Même si le synopsis n'est pas vraiment alléchant, (pour moi s'entend) les paysages filmés par ce cinéaste doivent être splendides, ne serait-ce que pour ça j'aimerai bien voir ce film, moi qui suis un fan du désert et ai vu Lawrence d'Arabie une bonne vingtaine de fois !

     

    2
    Mercredi 21 Janvier 2015 à 18:49

    Oui c'est ça, c'est lui que est malade ...

     

    1
    Mercredi 21 Janvier 2015 à 18:48

    Oui... Tu l'as dit j'ai un souvenir de ce film comme d'une sorte de rêve éveillé, voire même une sorte de fièvre.... Ou était-ce le personnage qui était fiévreux dans le film ? Il faudrait que je le revois, et puis tous ces films qui se passent en Afrique secouent mon âme latéritique !

    Merci de ce rappel Eva.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :