• Unchained

     

     

     

    Unchained

     

                                                                                                                                                              photo eva baila ©

    « Vingt poèmes d'amour (Pablo Neruda)Kandinsky : Launisch (Capricieux) »

  • Commentaires

    33
    Philippe96
    Vendredi 8 Août 2014 à 17:57
    "Unchained" I have been ungrateful, J'ai été ingrat, I've been unwise. J'ai été imprudent. Restless from the cradle, Repos de la station de synchronisation, Now I realize, Maintenant je me rends compte, It's so hard to see the rainbow, C'est tellement difficile de voir l'arc-en-ciel, Through glasses dark as these. Grâce à des lunettes sombres que celles-ci. Maybe I'll be able, Peut-être que je vais être en mesure, From now on, on my knees. A partir de maintenant, sur mes genoux. Oh, I am weak. Oh, je suis faible. Oh, I know I am vain. Oh, je sais que je suis vain. Take this weight from me, Prenez ce poids de moi, Let my spirit be unchained. Que mon esprit soit Unchained. Old man swearin' at the sidewalk, Old man swearin "au trottoir, I'm overcome. Je suis surmonter. Seems that we've both forgotten, Il semble que nous avons oublié les deux, Forgotten to go home. J'ai oublié mon mot de rentrer à la maison. Have I seen an angel? Ai-je vu un ange? Oh, have I seen a ghost? Oh, je n'ai vu un fantôme? Where's that rock of ages, Où est ce rocher des âges, When I need it most? Lorsque j'ai besoin d'elle le plus? Oh, I am weak. Oh, je suis faible. Oh, I know I am vain. Oh, je sais que je suis vain. Take this weight from me, Prenez ce poids de moi, Let my spirit be unchained. Que mon esprit soit Unchained. BISES ET amitiès
    32
    Rico l
    Vendredi 8 Août 2014 à 17:57
    J'ai été ingrat Et j'ai été imprudent Agité loin du berceau Mais maintenant je réalise Combien il est difficile de voir l'arc-en-ciel A travers des lunettes noires comme celles-ci Peut-être en serai-je capable genoux à terre... Oh je suis faible Oh je sais que je suis inutile Enlevez-moi ce poids Laissez mon esprit se libérer de ses chaînes Vieil homme jurant sur le trottoir Et je suis accablé Il semble qu'ensemble nous ayons oublié Oublié de rentrer à la maison Ai-je vu un ange ? Ou ai-je vu un fantôme ? Où donc est cette force des âges Au moment où on en a le plus besoin ? Il est tellement difficile de voir l'arc-en-ciel A travers des lunettes noires comme celles-ci Peut-être en serai-je capable genoux à terre...
    31
    Philippe96
    Vendredi 8 Août 2014 à 17:57
    Tu n'as pas à me remercier de cette traduction,c'était simplement une piste car de ce texte chacun en fait "sa traduction" c'est tout le plaisir d'une chanson..la traduction de Rico est excellente ..celle donnée par le site Officiel est légèrement différente mais tout aussi réfléchie. Bises
    30
    Jeudi 23 Janvier 2014 à 09:36
    Beau moment.
    Merci et longue vie à tous les Jonhatan Livingstone
    29
    Mardi 14 Janvier 2014 à 17:52
    Bonsoir, je lance doucement "motzigane", où l'on peut voir une photo à commenter. Certes, beaucoup moins poétique que les mouettes insatiables du bord de mer! bonne soirée.
    28
    Dimanche 12 Janvier 2014 à 16:56

    en effet Grain... ce jour-là, ils n'étaient pas là à tournoyer pour ma photo, mais pour le poisson des pêcheurs qui rentraient de la pêche !

    27
    Dimanche 12 Janvier 2014 à 13:20
    Tout à fait d'accord avec la citation de Cavanna: ces grands voiliers du ciel bleu d'Essaouira nous semble libres de toute attache mais s'ils sont là c'est parce que leur ventre les enchaîne au port... Superbe cette image et on ne peut résister à l'envie de partir avec eux!
    26
    Dimanche 12 Janvier 2014 à 09:57

    La photo a été prise à Essaouira... sur le port, dans le souffle enivrant des alizés... Je ne connaissais pas la citation de Cavanna, mais je suis complètement de son avis (et la petite chèvre de M. Seguin aurait bien dû réfléchir à cela !) Bon dimanche Colette !

    25
    Dimanche 12 Janvier 2014 à 09:55

    la flemme non, c'est plutôt que je suis à court d'inspiration ! Note bien que j'ai choisi un post que tu n'avais pas vu ! Bon dimanche Dan !

    24
    Dimanche 12 Janvier 2014 à 09:20
    J'aime cette photo et cette voix chaude ! Quant au message (si j'en juge par les traductions) il est poétique mais pas d'une gaieté folle ! Je pense soudain à cette phrase qu'on prête à Cavanna "la liberté consiste à faire ce que permet la longueur de la chaîne". Bon dimanche Eva.
    23
    DAN
    Dimanche 12 Janvier 2014 à 08:38
    C'est important de lire les commentaires, on y trouve les traduction; bah alors Eva, on a la flemme ? (rire)
    22
    Mardi 24 Février 2009 à 21:27

    Si-si, c'est très sympa le "tag" et ça permet de connaître plein de nouveaux camarades ! (en plus, ça fait remonter le blogRank !) Amitiés à toi belle demoiselle !! eva.

    21
    Mardi 24 Février 2009 à 17:36
    Et pour finir ma visite chez vous belle dame, Mea culpa pour le tag, je pensais a tort vous avoir avertie, alors que... Mais enfin, j'ai pense a vous a ce moment la sans trop savoir et sans me demander si vous gouttiez ce genre d'echanges, enfin, merci et a tres bientot
    20
    Lundi 16 Février 2009 à 19:08

    Oui Pierre, elles sont au-dessus de celle qui prend la photo !

    19
    Lundi 16 Février 2009 à 17:08
    jolie photo, on les croirait au-dessus de nous! bonne soirée à bientôt
    18
    Samedi 14 Février 2009 à 21:48

    Mais si Philippe, et je te remercie encore, ne serait-ce que pour les auteurs que tu me fais découvrir chaque jour. Je t'embrasse. eva.

    17
    Samedi 14 Février 2009 à 12:49

    l'amour n'est pas une illusion... encore faut-il s'entendre sur le sens donné à ce mot : pour moi qui ai un coeur d'artichaut, prête à tout aimer : un rayon de soleil, un regard, une couleur, une silhouette qui s'avance, un geste qui s'ébauche, un tableau, une musique... tout, tout peut être aimé qui est aimable, tout peut être aimé sans restriction... y compris l'illusion de la liberté, de la fragile liberté, de l'impossible liberté... la liberté la plus folle est celle que l'on a dans la tête : tu connais sans doute l'histoire de ce pianiste virtuose, prisonnier politique (dans je ne sais plus quel pays d'Amérique du Sud) à qui l'on avait concédé dans sa geôle un clavier muet : chaque jour, il jouait (pour le doigté) et il entendait chaque note de ce clavier muet... ça c'est un homme libre !

    16
    Samedi 14 Février 2009 à 09:55
    Se libérer de ses chaînes: un mythe qui aide à vivre. Mais puisque tout n'est qu'illusion sur cette terre...Sans illusion c'est la mort. la plus belle des illusions: l'amour. Bises. J.
    15
    Samedi 14 Février 2009 à 00:29
    14
    Vendredi 13 Février 2009 à 23:46

    Merci Philippe pour cette traduction...A très bientôt !

     

     

    13
    Vendredi 13 Février 2009 à 23:33

    Merci à vous deux...

    12
    Vendredi 13 Février 2009 à 23:20

    Bonne soirée Léonie...

    11
    Vendredi 13 Février 2009 à 23:19

    Cette photo a eu pour légende également :
    "J'aime les oiseaux de passage, les poètes et les fous,
    Je les aime et ils m'aimantent..." eva.

    10
    Vendredi 13 Février 2009 à 23:17

    oui, pour "laisser mon esprit se libérer de ses chaînes"...

    9
    Vendredi 13 Février 2009 à 18:40
    Bravo pour ton blog Bonne soirée Alain et Pascale http://femmes-en-1900.over-blog.com De nouvelles gravures tous les jours
    8
    Vendredi 13 Février 2009 à 18:25
    Merci pour la chanson que je ne connaissais pas , et pour la liberté de la photo.
    7
    Vendredi 13 Février 2009 à 17:58
    Voila le genre de photo qui me plait au plus haut point. Bravo à la photographe. Bonne fin de journée. Dominique
    6
    Vendredi 13 Février 2009 à 16:52
    chanson et photo forment un beau couple pour souffler un air de liberté
    5
    Vendredi 13 Février 2009 à 08:01
    et tous dans un beau ciel bleu, qui devrait être ici aujourd'hui bonne journée
    4
    Vendredi 13 Février 2009 à 07:47

    Tu l'as dit Johnny !

    3
    Vendredi 13 Février 2009 à 07:44

    Bonjour Clem, cette photo a été prise à Essaouira, les mouettes tournaient en rond dans le ciel... j'adore cette photo, et j'adore la voix de Johnny Cash...(se libérer de ses chaînes
    est une priorité, oui, on ne peut vivre que sans chaînes...)

    2
    Vendredi 13 Février 2009 à 02:26
    ..le moindre accrochage se paye cash!!
    1
    Vendredi 13 Février 2009 à 00:17
    ils s'envolent ? clem
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :