• Venise

    Venise

     

    Mon ami, mon frère, songe à la douceur de revenir à Venise……

     

                Nous perdre ensemble à Venise, chercher le Palazzo Contarini del Bovolo et le photographier…

     

                Prendre le vaporetto, et du coin de l’œil, guetter ton regard sur tes cousines vénitiennes… ces filles magnifiques et volubiles qui accompagnent leur babillage musical de gestes amples et inutiles, juste pour montrer leurs belles mains aux attaches fines…Te regarder marcher sur leurs pas en fixant leurs chevilles minces qui dansent, qui dansent…

     

    Retourner contempler le groupe sombre des Tétrarques en porphyre, sur la Place Saint Marc, et les chevaux du Quadrige dressés dans la lumière et le scintillement coloré…Faire la photo des pigeons, et celle du Lion gardant la lagune, la photo du gondolier qui tire la langue au moment où l’objectif le surprend, la photo du Grand Canal aux reflets impressionnistes… et celle de tous les Palais qui regardent passer le vaporetto…

     

    Marcher longtemps pour nous perdre, nous perdre et nous perdre, jusqu’au fond des placettes de Venise - les campos - où les margelles en pierre ciselée des puits anciens demeurent autant de témoins des craintes passées des Vénitiens, vestiges de la peur du manque d’eau douce dans les citernes…

     

                Venise, la superbe, la décadente, peinte par Canaletto et Guardi…

    Se rendre à Burano où les maisons de pêcheurs sont de toutes les couleurs comme autant de signes de reconnaissance pour ceux qui rentrent à la maison : celle-ci violette avec sa jardinière de fleurs blanches, celle-là framboise avec son pélargonium rose, et cette autre, bleue avec un rideau pâle qui tremble dans la chaleur accablante de fin d’après-midi…

     

    Marcher encore sur la plage publique du Lido, celle des pauvres où ne fut pas tourné le film de Visconti… Et rentrer à l’hôtel dans la torpeur du soir et le parfum léger des lauriers-roses.

     

                Sous les pales du ventilateur géant tournoyant d’une manière inquiétante au plafond de la chambre sans climatisation….

      

     

      eva, ©  texte, photos et video

      

    « "Oedipe Roi" de PasoliniSi tu m'oublies (Pablo Neruda) »

  • Commentaires

    11
    Dimanche 19 Octobre 2014 à 10:47

    ah Francesco !..  Quand tout a été enregistré, je me suis aperçue que j'avais oublié la photo (extérieure) du Florian avec son orchestre ! J'adore Casanova... (en particulier celui de Fellini  http://maia-blog.eklablog.com/le-casanova-de-fellini-a108902432 

    Pour les Musées, il y en a tant que je devrais y revenir... Il y a des gens qui n'aiment pas Venise parce qu'ils la trouvent trop touristique, moi, je l'ai adorée, elle est si vivante, et tellement chargée d'histoire... et tellement semblable à ce qu'elle a dû être par le passé... Tous ces personnages mythiques que tu évoques, on s'attend à chaque instant à les rencontrer... C'est ça la magie de Venise... Tout ce qui traîne de fantômes au coin des ruelles et des petits canaux...

    10
    Dimanche 19 Octobre 2014 à 10:03

    …Venise, le rêve… je me permet d'ajouter à ta promenade Vénitienne, deux lieux qui me sont très chers,  Eva…   Le café Florian, le plus ancien d'Italie,  en Place San Marco, un mythe,  normalement fréquenté par Giacomo Casanova, Carlo Goldoni, Lord Byron, Ugo Foscolo, Charles Dickens, Goethe, Rousseau, Gabriele d'Annunzio… et  un deuxième café-légendaire, tout près de piazza San Marco, l'Harri's bar ou on pouvait rencontrer normalement Arturo Toscanini, George Braque, Truman Capote, Charlie Chaplin, Peggy Guggenheim, Somerset Maugham, Barbara Hutton, Orson welles, et surtout Hernest Heminguay, qui avait une table réservée à sa disposition ou on pouvait le rencontrer devant son "Bellini" un cocktail inventé en son honneur par le patron Cipriani… voilà Venise est aussi cela, un lieu de rencontres, ou se sont croisés artistes, poètes, écrivains, musiciens… et puis j'ajoute à la promenade encore, la Fondation Guggenheim, l'Académie des Arts, la Biennale de Venise….. Venise… la merveilleuse…. ou j'ai vécu 6 mois très intenses de ma vie….

    9
    Samedi 18 Octobre 2014 à 11:49

    Bonjour Eva, tes mots ont un charme fou pour désigner cette Venise que je ne connais pas hélas !!! Tu vas en être étonnée, je pense, c'est comme pour toi, je suis étonnée aussi que tu ne saches pas nager !!! Que veux-tu on ne peut aller partout, on ne peut tout faire ni savoir ! C'est la vie dont cette journée que je te souhaite heureuse. Bises

    8
    Vendredi 17 Octobre 2014 à 19:58

    Sur youtube, il suffit de fermer les pub, elles ne s'incrustent pas il me semble... Bonne soirée Benissa, merci de ton passage

    7
    Vendredi 17 Octobre 2014 à 19:54

    Ah, j'oubliais, c'est fou ces pubs sur tes vidéos YOUTUBE!!! décidément, impossible d'y échapper!

    6
    Vendredi 17 Octobre 2014 à 19:51

    Quelle ville merveilleuse que Venise! Se perdre dans les ruelles, oui, au pied des immeubles du ghetto juif, et écouter, s'échappant des fenêtres des étages les notes d'un violon, dégringolant jusqu'au Canal...

    Mon chien affectionnait particulièrement la Cour du Palais des Doges... pourquoi???

    J'Y suis allée deux fois: jamais deux sans trois??? j'espère!

     

    5
    Vendredi 17 Octobre 2014 à 19:35

    C'est une ville , un plaisir à voir et revoir

    A bientôt

    4
    Vendredi 17 Octobre 2014 à 11:24

    voui ! on retournera aux Ufizzi ensemble !! 

    3
    DAN
    Vendredi 17 Octobre 2014 à 10:17

    Très bien, alors on se croisera à Florence wink2

    2
    Vendredi 17 Octobre 2014 à 00:02

    Venise, Dan, elle vient en premier pour moi ! sarcastic

    1
    DAN
    Jeudi 16 Octobre 2014 à 22:57

    Après Rome ma ville préférée en Italie et tu en parles si bien.
    grazie mille Eva  wink2

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :