• Village de Monsempron (Lot et Garonne)

    Village de Monsempron (Lot et Garonne)

     

    Au centre du Fumélois, à l’endroit où la vallée Préhistorique de la Lémance donne sur la large vallée fertile du Lot, se dresse la majestueuse sentinelle qu’est la tour carrée de l’église de Monsempron. D’où que l’on vienne cette église, qui est l’une des plus belles et des plus intéressantes de la région, détache dans le ciel ses vingt siècles d’histoire.

    L’origine de MONSEMPRON remonte aux romains (Mons Sempronius). Elle est, semble-t-il, due à l’un des lieutenants de César. Elle fut détruite par les Normands en 853.

    Vers 1130, Saint Géraud d’Aurillac aurait fait construire une abbaye sur les ruines de l’ancienne ville et fait restaurer l’ancienne église. […]

    Sur un manuscrit, daté de 1817, mais non signé, on peut lire : « l’édifice est surmonté d’une voûte, soutenue par six colonnes, dont les chapiteaux sculptés représentent les attributs de Cybèle, déesse de la Terre. Ce sont des tours, des quadrupèdes, des reptiles, des oiseaux de différentes espèces. On doit remarquer surtout une pierre emmaillotée sous la forme d’un enfant rappelant le stratagème employé par la Déesse pour soustraire Jupiter à la voracité de son père. »

    On peut supposer que Monsempron était déjà une ville entourée de remparts, lorsque les Normands s’en emparèrent et la détruisirent, en 853, ainsi que le temple primitif dont il ne soit demeuré que quelques assises.

    La partie importante la plus ancienne de l’église actuelle remonte au XIIe siècle mais cette église qui a été remaniée si souvent , laisse penser que la ville de Monsempron, malgré ses murailles a dû être prise et reprise bien des fois.

    L’appareillement des pierres de la façade, pour peu qu’on y prête attention, montre bien que cette seule partie du temple a été démolie puis rebâtie quatre à cinq fois. A en juger par les restes de murailles que l’on retrouve un peu partout et sa tour de guet, Monsempron a dû être, durant tout le Moyen-Age, une ville fortifiée, une sorte de petite bastide.

    Si l’église passionne toujours les historiens, le prieuré, qui lui est imbriqué, apporte la preuve de la présence, quasi permanente, à Monsempron d’une vie monastique. Il était occupé par des Bénédictins de Cluny.

    En outre, une école confessionnelle a longtemps existé tout à côté de cette église et de son prieuré.

    J.LOMERO (Fumel et ses environs)

     

    « Rien que des fleurs...... »

  • Commentaires

    8
    Samedi 27 Octobre 2018 à 20:14

    Quel régal ce billet. Merci Eva

      • Dimanche 28 Octobre 2018 à 10:41

        tu me fais plaisir mon H.P ! Je t'embrasse fort...

    7
    Mardi 23 Octobre 2018 à 13:47

    smiledonc à découvrir !

     

    6
    Mardi 23 Octobre 2018 à 12:32

    smile deuxième essai... village que je ne connais pas ! merci Eva pour cette très jolie balade !

    le chant est beau aussi !

    Je t'embrasse

      • Mardi 23 Octobre 2018 à 13:39

        Merci Noëlle ! En effet, tu ne peux pas connaître,  c'est tout petit, et ce n'est même pas touristique (contrairement aux multiples bastides de cette région)... moi je l'aime, justement parce qu'il n'est pas envahi !

    5
    Lundi 22 Octobre 2018 à 13:12
    Rony

    Bellevisite agréblement accompagnée d'un chant émouvant..

      • Lundi 22 Octobre 2018 à 14:50

        Merci Rony, oui, le chant occitan est émouvant, en voici la traduction en Français :

        "On est ce qu'on est"

        Jamais et toujours

        Et de l'hiver au printemps

        S'il y en a qui ont ce qu'ils ont

        Nous, on est ce qu'on est.

        Aimer sa terre jusqu'au mal d'amour

        Y croire encore jusqu'à la douleur

        Regarder chaque matin comme s'il était le premier

        Espérer, espérer

        Et crier, et crier,

        S'il y en a qui ont ce qu'ils ont,

        Nous, on est ce qu'on est.

        Vieux monde que l'on porte d'hier jusqu'à aujourd'hui

        Tu ne seras jamais un monde ancien,

        Le conte recommence toujours, et ne s'achève jamais.

        Pied du ciel, tout est beau

        Crépuscule, tout est doux,

        S'il y en a qui ont ce qu'ils ont,

        Nous, on est ce qu'on est.

        Et maintenant on va retourner à la maison

        Et se retourner vers un autre soleil,

        Demain peut-être, à contre-courant, nous serons vivants.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    thami
    Lundi 22 Octobre 2018 à 12:14

    Merci pour la découverte!

    Bon début de semaine chal-heureuse!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :