• Vladimir Maïakovski

    Maïakovski

     

    " Un sanglot immense secoue les choses : Donnez nous des formes nouvelles ! " Vladimir Maïakovski

    Image associée : Ernest Pignon Ernest  site officiel

     

     

    « Rivages (Eugenio Montale)La Villa del Casale (Sicile) »

  • Commentaires

    7
    Vendredi 7 Octobre 2016 à 17:36

    Oui beaucoup d'expression et de lucidité dans ce regard et dans ces mots associés! Donnez nous du rêve et de l'espérance pour tenter d'effacer ces sanglots!

    6
    DAN
    Mercredi 5 Octobre 2016 à 18:39

    Ce ressemble au style de Serge Labégorre, c’est à si m’éprendre !  

      • Jeudi 6 Octobre 2016 à 08:59

        Bonjour Dan, je ne connais pas bien Labégorre, mais la particularité de Ernest Pignon, c'est qu'il colle ses affiches, elles sont faites pour descendre dans la rue...

    5
    Mercredi 5 Octobre 2016 à 18:15

    pourquoi photographier lorsque les dessins sont si expressifs

      • Jeudi 6 Octobre 2016 à 08:58

        les deux sont complémentaires... Quand on aime la photo, on aime le dessin, la peinture, l' art plastique en général

    4
    Mercredi 5 Octobre 2016 à 16:24

    Merveilleux dessin de Pignon Ernest. Le regard de Maïakovski est tellement acéré qu'il semble percer la feuille. Un très grand artiste. As-tu vu à Naples certains de ses 'murales'. Je les trouve magnifiques.

      • Jeudi 6 Octobre 2016 à 08:39

        Sur le site officiel, on peut voir les différentes affiches réalisées par Ernest Pignon Ernest , on peut les voir avant et après, et comment elles vieillissent merveilleusement intégrées aux lieux où elles sont collées, comment elles se fondent dans ces lieux, comment elles surgissent et vivent sur ces murs. Plus les affiches de Pignon avancent dans le temps (forcément très court) et plus elles sont vivantes. L'affiche de Pasolini vivant portant Pasolini mort est sidérante. Mais toutes les affiches de Pignon sont sidérantes. C'est un grandissime artiste, par sa maîtrise du dessin, et aussi par son engagement présent dans son oeuvre. L'éphémère de son art est compensé par la force de son engagement, et son engagement est sublimé par la fugacité du moyen employé. C'est plus que du "street-art", c'est l'Art vivant toujours en marche...et aussi la culture dans la rue, la culture descendue de son piédestal, la culture marchant vers les humbles (comme Lorca avec la Barraca). J'adore Pignon depuis que j'ai vu ses affiches de Rimbaud là-bas, chez Rimbaud... Rimbaud à Charleville... Ses dessins pour Michel-Ange, Titien, Raphaël, Poussin, Dürer... Ses fresques fugaces et significatives pour les détenus, les migrants... J'adore Ernest Pignon ! 

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :