•  

     

     

     Le texte le plus mystérieux du monde a enfin été déchiffré.

     Le manuscrit de Voynich était l’un des textes les plus indéchiffrable du monde, mais un expert en linguistique a -enfin- réussi à le décrypter. Ce texte est rédigé dans une écriture inconnue, dont la première mention remonte à 1912, lorsqu’un antiquaire nommé Wilfrid Voynich en a fait l’acquisition. Depuis, de nombreux spécialistes avaient essayé de le décoder, sans succès. Très peu d’informations étaient donc disponibles à son sujet. En 2011, une datation au carbone 14 a permis de déterminer que le papier aurait été fabriqué entre 1404 et 1438, mais le contenu du texte et son auteur n’ont jamais été identifiés.Du moins jusqu’il y a peu, puisque le 29 avril, le docteur Gerard Cheshire a publié une étude dans laquelle il explique avoir réussi à déchiffrer ce manuscrit particulièrement mystérieux.

    Il a d’abord découvert que l'étude utilisée était en fait issue d’une forme populaire du latin. Et c’est en étudiant conjointement le système d’écriture et cette langue qu’il a réussi à décoder le texte.Ce qui lui a permis de comprendre le contenu du texte, son auteur et la raison pour laquelle il a été écrit. Selon le spécialiste, le manuscrit contient des informations sur des herbes médicinales, sur les bains thérapeutiques et sur l'astrologie. Il a été compilé par une sœur dominicaine pour Marie de Castille, reine d’Aragon (en Espagne) du 2 avril 1416 au 27 juin 1458.Une information qui a son importance, puisque cela prouve que le manuscrit a été écrit dans une langue couramment utilisée à l’époque et non dans un langage obscur.Maintenant que le système d’écriture a été déchiffré, il ne reste plus qu’à traduire complètement le texte pour en connaître toute la substance. Cette prochaine étape devrait tout de même prendre un certain temps, dans la mesure où le manuscrit compte 200 pages.

    source : HUFFPOST

     

     

     


    2 commentaires
  •  

    Notre Dame de Paris (Victor Hugo)

     

    « Tous les yeux s’étaient levés vers le haut de l’église. Ce qu’ils voyaient était extraordinaire. Sur le sommet de la galerie la plus élevée, plus haut que la rosace centrale, il y avait une grande flamme qui montait entre les deux clochers avec des tourbillons d’étincelles, une grande flamme désordonnée et furieuse dont le vent emportait par moments un lambeau dans la fumée. Au-dessous de cette flamme, au-dessous de la sombre balustrade à trèfles de braise, deux gouttières en gueules de monstres vomissaient sans relâche cette pluie ardente qui détachait son ruissellement argenté sur les ténèbres de la façade inférieure. »  Victor Hugo

     

    Notre Dame de Paris (15 avril 2019)


    9 commentaires
  •  

     

     

    Recuerdo...

     

    30 mars, Gianmaria... le jour où je suis arrivée par erreur il y a fort longtemps, le jour où tu n'aurais jamais dû partir il y a 3 ans...

    Tu manques à tous ceux qui t'aiment...

     

    Site officiel de Gianmaria Testa 

    Ma play-list de Gianmaria 

     


    5 commentaires
  • 2019

     

    Que cette année vous soit douce et belle, pleine de joie et de sérénité...

     


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique