• Libro de buen amor

     

    Le "Libro de Buen Amor" (Livre de bon amour) est une œuvre magistrale, composée en vers essentiellement, par un certain Juan Ruiz, Archiprêtre de Hita, en 1330 ou 1343.

    Il s'agit d'une composition d'environ 1 700 strophes en cuaderna vía (strophes de quatre vers alexandrins espagnols – à 14 syllabes métriques – à rime consonante), typiques du Mester de Clerecía, auquel elle appartient, précédées d'un prologue/sermon en prose. L'auteur – dont le nom et l'identité restent méconnus et contestés – fait se succéder des pièces narratives et lyriques aux origines et à la thématique variées.

    Le fil conducteur de cette magnifique (mais complexe) fresque en vers est le parcours amoureux faussement autobiographique du protagoniste-narrateur, l'archiprêtre de Hita, qui enchaîne diverses aventures amoureuses à l'issue désastreuse pour la majorité d'entre elles (seule une d'entre elles, débouche sur un supposé mariage, aventure dans laquelle l'archiprêtre est remplacé par un personnage parodique, don Melón de la Huerta, sieur Melon du jardin). Ces femmes sont de conditions et d'origines diverses, et constituent, de ce fait, des portraits vivants et variés de la femme du xive siècle.

    L'Archiprêtre de Hita, de son vrai nom Juan Ruiz, est un auteur castillan du xive siècle, dont on ignore à peu près tout. Son véritable nom, ses origines, ses activités restent quasiment inconnues, et ont fait douter de l'existence réelle de l'auteur. Il serait né en 1283 ou 1284 et décédé en 1350 ou 1351. Son nom est demeuré éternellement lié à la seule œuvre qui lui soit attribuée : le Libro de Buen Amor ou Livre de Bon Amour, considérée comme un des chefs-d'œuvre de la littérature castillane et européenne médiévale.

     

     


    10 commentaires
  • Sur les pas d'Emma

     

    "Rigolette cherchant à se distraire pendant l'absence de Germain" Joseph-Désiré Court (1844)

     

    Il serait possible que Delphine Delamarre (Mme Bovary) ait servi de modèle au peintre Court. Légende ou réalité ? Delphine aurait été identifiée par l'une de ses amies de pension... En tout cas, le titre du tableau est légèrement ironique, et le détail de l'oiseau en cage est tout à fait symbolique de la condition de la pauvre Emma... Le village de Ry serait "Yonville l'Abbaye", on y voit le Crevon que Flaubert appelle La Rieule. On peut encore suivre les pas de Mme Bovary dans la ville de Rouen, où Flaubert a passé son enfance (son père était chirurgien en chef à l'Hôtel Dieu de Rouen). "Mme Bovary c'est moi" disait Flaubert... et  il est fort probable que l'amant clerc de notaire ait été Flaubert lui-même...

     

     


    4 commentaires
  •  

    Mouchette

     

     

    "C'est à ce moment, et pour ce motif futile que la pitié qu'elle commençait de ressentir pour elle-même se dissipa d'un seul coup. On croit généralement que l'acte du suicide est un acte semblable aux autres, c'est-à-dire le dernier maillon d'une longue chaîne de réflexions ou du moins d'images, la conclusion d'un débat suprême entre l'instinct vital et un autre instinct, plus mystérieux, de renoncement, de refus. Il n'en est pas ainsi, cependant. Si l'on excepte certaines formes d'obsessions qui ne relèvent que de l'aliéniste, le geste suicidaire reste un phénomène inexplicable d'une soudaineté effrayante, qui fait penser à ces décompositions chimiques sur lesquelles la science à la mode, encore balbutiante, ne fournit que des hypothèses absurdes ou contradictoires."  

    Georges Bernanos (Nouvelle histoire de Mouchette)

     

     


    2 commentaires
  •  

     

    "dans le même temps où je m'identifie "sincèrement" au malheur de l'autre, ce que je lis dans ce malheur, c'est qu'il a lieu sans moi, et qu'en étant malheureux par lui-même, l'autre m'abandonne : s'il souffre sans que j'en sois la cause, c'est que je ne compte pas pour lui : sa souffrance m'annule dans la mesure où elle le constitue hors de moi-même."

    Roland Barthes (Fragments d'un discours amoureux)

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique