• Tag poésie

    Résultats pour la recherche du tag poésie :
  •   Et si je suis la préférée, laissons le temps passer, laissons Saturne vivre sa vie, et notre amour exister…   photo  Antonio Palmerini ©           

    Lire la suite...

  •     Ninì, Ninì, Ninì ! Imbronciata Sperduta, Stropicciata, Già libro tra i mie libri, Io ti leggerò E tu mi stregherai Di mare ti parlerò Di dolcezza mi parli già La pioggia annuseremo Nell'inverno ci accucceremo Stelle nuove cercheremo E altre vite ci inventeremo......

    Lire la suite...

  •        

    Lire la suite...

  •       Ma play-list de Paco

    Lire la suite...

  •       "Avec la Mer du Nord pour dernier terrain vague Et des vagues de dunes pour arrêter les vagues..."   Merci à mon frère de la Méditerranée d’avoir chanté le plat pays de Brel, avec autant de talent et autant de sensibilité… Grazie Gianmaria… (Grazie a mio fratello del...

    Lire la suite...

  •     Yòrgos Thèmelis (1900-1976), thessalonicien, écrivit des poèmes pendant vingt-cinq ans avant de se juger digne d’en publier.  Sa production, vaste (vingt recueils) et un peu inégale, a entre autres charmes celui de brouiller les pistes : ses compatriotes le décrivent tantôt comme un...

    Lire la suite...

  • ...prodigalité du soleil, à l’ivresse de l’écume, au vertige des façades immaculées. Sans que pour autant, bien entendu, sa poésie ne cesse d’être exigeante et hauturière ! Oui, cette poésie irradie toute la lumière de la Grèce insulaire au point que beaucoup ont pu la dire héliaque,...

    Lire la suite...

  •          

    Lire la suite...

  •   Lithographie en couleur de Georges Braque pour "LOrdre des Oiseaux" de Saint-John Perse  Saint Paul de Vence, Fondation Maeght       Depuis les années 1900 Georges Braque évolue au centre d’un cercle de poètes, Guillaume Apollinaire, Max Jacob, Pierre Reverdy, qui accompagnent les...

    Lire la suite...

  •     Photo Saul Leiter   "Garde donc cette triste   et petite poignée de ces fleurs sombres   que je t’offre, Garde-les, et ne crains rien, ce sont les restes du jardin de ma profonde mélancolie." Julio Flórez        

    Lire la suite...