•  

    "Nana de la Mora" (berceuse)

     

    Paco Ibañez chante un texte écrit par le poète galicien José Angel Valente, 

    en souvenir de sa mère adoptive, évoquant l’enfance dans son Orense natal.

     

    Que "la Mora" ne vienne pas, la Mora avec ses dents vertes, 

    Toute la nuit, tranquillement,

    Dors mon enfant... 

    Dors tranquille, Dors !

    Que si "la Mora" vient, 

    Dans le rêve caché, elle ne pourra pas te voir...

    "La grande Mora", "La Mora" aux dents vertes,

    n'appelle pas mon enfant, ne le réveille pas !...

     

     


    5 commentaires
  •  

    Paul Eluard

     

    Elle est debout sur mes paupières
    Et ses cheveux sont dans les miens,
    Elle a la forme de mes mains,
    Elle a la couleur de mes yeux,
    Elle s'engloutit dans mon ombre
    Comme une pierre sur le ciel.

    Elle a toujours les yeux ouverts
    Et ne me laisse pas dormir,
    Ses rêves en pleine lumière
    Font s'évaporer les soleils,
    Me font rire, pleurer et rire,
    Parler sans 
    avoir rien à dire.

              
                           Paul Eluard (Capitale de la douleur)

    Photo eva © 

     

     

     

     


    7 commentaires
  •  

    Romance de la lune, lune...

     

    "Comme elle chante la chouette,

     

    Ay ! Comme elle chante sur l’arbre !

     

                       Dans le ciel passe la lune                     

     

    Tenant un enfant par la main..."

     

    Berceuse dédiée à Conchita Garcia Lorca

     

     

    Et une analyse très intéressante à lire ici : https://www.numance-lettres.fr/agr%C3%A9gation-2018/lorca-romance-de-la-lune-lune/


    2 commentaires
  • "La señorita del abanico"

     

    "La demoiselle à l'éventail

    va sur le pont de la rivière fraîche.

     

    Les cavaliers regardent le pont

    sans balustrade.

     

    La demoiselle à l’éventail et froufrous

    cherche mari

     

    Les cavaliers sont mariés,

    avec de grandes blondes à la peau blanche.

     

    Les grillons chantent par l'ouest.

    La demoiselle va vers le vert.

     

    Les grillons chantent sous les fleurs.

    Les cavaliers vont au nord.

     

    La demoiselle à l'éventail

    va sur le pont de la rivière fraîche."

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique