•  

    A Saint Amand de Coly sur les pas de François Augiéras

     

    « Le village atteint, un arrêt s’impose tant la puissance du clocher-donjon est inattendue dans ce vallon paisible. Longtemps l’œil ne voit que lui. Dans son ombre, une dizaine de maisons bien enchevêtrées, bien vieilles, toits de lauses, pigeonnier blanchi à la chaux, pierres dorées aux angles adoucis, bouts de charpente, vieux bois usés, comme chenus. » 

    Paul Placet extrait de "François Augiéras, un barbare en Occident" page 10 Editions La Diférence

     

    A Saint Amand de Coly sur les pas de François Augiéras

     

    « Un temps de silence, nos regards se portent vers l’église. C’est vrai qu’elle est belle, dans ses pierres appareillées avec un soin quasi d’enfant, chacune avec ses angles usés, adoucis par le temps qui est passé sur elle. Sereine lumineuse, hermétique, étrange. La vue sur l’édifice, d’où nous sommes, est en partie masquée par les restes d’un rempart, mais le clocher-mur, d’un seul jet, s’envole littéralement, émerge, grimpe vers le ciel. Une immense arcature évide la base, accentue l’impression de transparence de la ligne, l’aisance à s’élever. »

    Paul Placet extrait de "François Augiéras, un barbare en Occident" page 12

     

     

     


    12 commentaires
  • Agen (Lot et Garonne)

     

    Agen (Lot et Garonne)

     

    Le Pont-canal d'Agen (Lot et Garonne) est le deuxième plus long de France (580m), édifié en pierres de taille de 1839 à 1843. A 10m au-dessus de la Garonne, la ville s'offre ici dans un superbe panorama. On peut y observer un système de quatre écluses automatiques assurant un dénivelé total de 12,5m. Au fil des pas, la video ci-dessous nous emmène dans la ville rénovée... 

     


    3 commentaires
  •  

     

     

    Lascaux,  Ventre de la Terre,

    Où passent tous les bisons, en cavalcade puissante, comme au premier matin du Monde,

    Tandis que veille la Licorne énigmatique,

    Des centaines d’animaux traversent la nuit millénaire, la longue frise des bouquetins, les cerfs, le cheval ocre et la vache rouge à tête noire…

    Prends ma main et ferme les yeux, leur galop est aussi le nôtre,

    Leurs sabots ont martelé le sol, et traversé le temps,

    Ferme les yeux, et souviens-toi, l’Art Sacré est né,

    Unique, à Lascaux, et ailleurs,

    Multiple, le miracle cent fois renouvelé, tourné vers un Futur.

    L’Homme et l’Animal, en osmose…

    Leur course vertigineuse portée par un souffle mystérieux jusqu’à nous, ici,

    Leur trajectoire éblouissante protégée par le fleuve du Savoir magique et caché…

    Vers d’autres enfin, ils poursuivront leur voyage fulgurant et inachevé…

    (eva baila ©)
     

                                                              

     


    36 commentaires
  • Montauban, ville rose...

     

    Depuis la fondation de Montauban, la place est le haut lieu de la vie publique, vers lequel convergent la plupart des rues du centre ancien. Jusqu’au début du 18e siècle, elle cumule fonctions commerciale, judiciaire et politique.
    Ruinée par deux incendies en 1614 et 1649, elle est entièrement reconstruite grâce à la générosité royale et à la volonté des consuls. Les propriétaires privés sont sommés de respecter un programme architectural strict : voûtement des couverts sur croisées d’ogives ; remplacement du bois par la brique ; alignement des façades, scandées par des pilastres monumentaux. Achevée au début du XVIIIe siècle, elle forme un ensemble harmonieux et homogène.

    Sur la photo ci-dessus, on peut voir le clocher de l'église St Jacques qui s'inscrit dans la lignée de celui de Saint Cernin de Toulouse, qui a fait école dans la région.

     


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique