• "De terciopelo negro"

     

    Peinture Diego Rivera

     

    L'arum est le symbole de l'âme. Tout comme le lys, ses grandes fleurs blanches étaient très courantes dans les années 1900 lors des cérémonies religieuses importantes comme les mariages, les fiançailles ou encore les communions.

     

    Jorge Araujo Chiriboga (1892-1970) est un compositeur né à Riobamba (Équateur). Il a joué du piano, de la guitare et du bandolin. Dans les années trente, il fonda à Quito la "Compañía Dramática Nacional" puis la compagnie "Dramas y Variedades", dans lesquelles Araujo se produisit et où il rencontra la chanteuse Carlota Jaramillo, pour qui il composa quelques pièces de musique populaire. Avec son frère Ángel Leónidas et d'autres artistes tels que Rubén et Plutarco Uquillas, ils ont participé à la première programmation radiophonique de la station El Prado à Riobamba, une station fondée en 1925 en Équateur.

    C'est son épouse Carlota Jaramillo qui a inspiré cette chanson composée à Quito dans les années 40, interprétée et enregistrée en duo par Carlota et "El Potolo" Valencia en 1944. Quelques années avant la visite à Quito, la Compagnie de Ballet de Joaquin Pérez Fernandez, séduite par la douce tristesse de la mélodie et l'émotion naïve des paroles, demanda la permission à l'auteur d'adapter cette chanson à des tâches typiques des femmes des hauts plateaux, et d'ajouter "De terciopelo negro" à son répertoire.  Presque immédiatement la chanson fut reproduite sur des disques et des cassettes en omettant de mentionner l'auteur. Plus tard, une société de cinéma parisienne signa avec Annie Girardot un long métrage "Mourir d'aimer" reprenant le thème musical "De terciopelo negro" sans mentionner l'origine de la chanson ni l'auteur. C'en suivit un procès long et coûteux (11 ans) en particulier de la part de Carlota Jaramillo déjà veuve.

    Ne reste essentiellement pour moi, que la "douce tristesse de la mélodie et l'émotion naïve des paroles" interprétées par Paco Ibañez, comme un hymne tendre à la femme sud-américaine...

     

    De Velours noir

    Huambritay

    Si tu m’oublies, je couvrirai ma poitrine de velours noir

     

    Si tu m’oublies, Lys blanc,

    Si le lys est blanc Huambritay... toi, tu es brune.

     

    À la fontaine Huambritay tu m’apparus

    Je t'ai demandé un verre d'eau,

    Huambritay et ... tu ne me l'as pas donné.

     

    Tu me l’as refusé,

    Ma très chère, mon aimée.

     

    Si tu me refuses l'eau Huambritay... je perds la vie.

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    "Les feuilles que le vent emporte"

     

    "C'est un poignard dans l'âme, cet amour que j'ai pour toi

    Si je l'enlève ça me tue, si je le laisse je me meurs"

     

     

    avec "les Horloges d'amour" de Titi Parant


    6 commentaires
  •  

    A vava inouva

     

    "Mon petit papa, je t'en prie, ouvre-moi la porte ! Je crains l'ogre de la forêt !

    O ma fille, fais tinter tes bracelets..."

     

     


    8 commentaires
  •   

    Bella Ciao

     Auteur de la photo : Nebojsa_ Babic (Serbia)

     

    Goran Bregovic est un compositeur et musicien né le 22 mars 1950 à Sarajevo de famille serbo-croate. Après quelques années de violon au conservatoire, il fonde son premier groupe à 16 ans, et poursuit néanmoins des études de philosophie et de sociologie. Il sillonne l'Europe avec son "Orchestre des mariages et enterrements" depuis le milieu des années 1990 et son succès a contribué à susciter l'intérêt pour la musique balkanique en Europe de l'Ouest. 

    Goran Bregovic est l'auteur de la bande originale du troisième film d'Emir Kusturica "Le Temps des Gitans" (1990). Ceci marque le début d'une collaboration réussie : il a travaillé entre autres pour Patrice Chéreau sur "La Reine Margot" et Radu Mihaileanu sur "Train de vie" et "le liève de Vatanen" de Marc Rivière.

     

     

    Bella Ciao

     

     

     

    A lire : Biographie, filmographie et discographie de Goran Bregovic


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique