• Tag enfance

    Résultats pour la recherche du tag enfance :
  •       "X Agosto"  est la mise en musique d'un célèbre poème populaire de Giovanni Pascoli que tout Italien a étudié à l'école primaire. C'est une chanson contre la mort. Plus particulièrement un poème écrit en souvenir du père de l'auteur tué dans des circonstances mystérieuses le...

    Lire la suite...

  •   Alice Liddlle photographiée par Lewis Carroll   Comment pourrais-je changer de livre quand je n’en possède qu’un seul… Il est ma référence, il est ma bible, il est mon obsession, mon fantasme, ma certitude, mon seul voyage, mon credo, mes points de suspension, mon aéroplane, mon...

    Lire la suite...

  •   "...si vous voyagez un jour en Afrique, dans le désert, et s'il vous arrive de passer par là, je vous en supplie, ne vous pressez pas, attendez un peu juste sous l'étoile ! Si alors un enfant vient à vous, s'il rit, s'il a des cheveux d'or, s'il ne répond pas quand on l'interroge, vous...

    Lire la suite...

  •      "La surface de la mer est un plafond au-dessus de la profondeur" Erri De Luca photo Francesco Pagni  ©   "Raconter ce jour-là : Sur le grand navire blanc, Une orange dans les mains, Pain au beurre dans un sachet, Que de rêves inquiets !.. L'appréhension de ma mère, Les valises...

    Lire la suite...

  •     Bon anniversaire Paco ! (84 ans ce 20 novembre 2018)       Ici, Paco Ibañez chante les grands poètes

    Lire la suite...

  • ...lui-même, Un ciel blanc et immense Qui scintille dans le néant. C'est le plafond. C'est l'ennui De mon enfance. Oui, là, sur l'argent lisse Il y a la main très ancienne D'Abel petit garçon."  Pier Paolo Pasolini (traduit de l'italien par René de Ceccaty)   Lo specchio Nudo lo specchio garda...

    Lire la suite...

  • ...écrit par le poète galicien José Angel Valente,  en souvenir de sa mère adoptive, évoquant l’enfance dans son Orense natal.   Que "la Mora"  ne vienne pas, la Mora avec ses dents vertes,  Toute la nuit, tranquillement, Dors mon enfant...  Dors tranquille, Dors ! Que si "la Mora"...

    Lire la suite...

  •     Du plus  loin qu’elle se souvienne, elle avait toujours aimé la peinture… Ces petites  fenêtres ouvertes sur l’imaginaire de son existence d’enfant solitaire l’avaient toujours sauvée du pire.   Encore maintenant, lorsqu’elle ferme  les yeux, elle revoit  le fils des...

    Lire la suite...

  •       « Et voici que commençait à naître la question essentielle : est-ce que je la reconnaissais  ? Au gré de ces photos parfois, je reconnaissais une région de son visage, tel rapport du nez et du front, le mouvement de ses bras, de ses mains. Je ne la reconnaissais jamais que par...

    Lire la suite...

  •   Avec la Photographie, nous entrons dans "la Mort plate" .  Un jour à la sortie d'un cours, quelqu'un m'a dit avec dédain : "Vous parlez platement de la Mort." - Comme si l'horreur de la Mort n'était pas précisément sa platitude ! L'horreur, c'est ceci : rien à dire de la mort de qui...

    Lire la suite...