•  

    Septembre.

     

    "Io abito la terra, 

    Nel ventre del tempo"

     

    © Francesco Pagni, photo et poème

     

    "Moi, j'habite la terre, Dans le ventre du temps"

     

     

     

    "Ça n'était pas le vent. C'était tout simplement le ciel qui descendait jusqu'à toucher la terre, racler les plaines, frapper les montagnes et faire sonner les corridors des forêts. Après, il remontait au fond des hauteurs."

    Jean Giono (Que ma joie demeure). 

     

     Play list de Francesco

    Blog de Francesco

     

     


    8 commentaires
  •  

    "Vitamia"

     

    Aquarelle de Francesco Pagni : "Frêle poème de mots dans le vent"

     

     

    "18 mila giorni" Gianmaria Testa / huiles, aquarelles et photos de Francesco Pagni ©

    La traduction des paroles est de Paola Farinetti (livret de l'album "Vitamia")

    La chanson est dédiée à l'origine à Erri de Luca (livret du CD)

    "Il y a eu des jours, "Ma vie"/ où tout avait un nom, / et avec ce nom des voix prenaient des libertés.../ et des jours si blancs de mots en feu / à ne pas pouvoir dire comment.../ Trouve-les moi à présent, "Ma vie", / trouve-les, apporte-les moi ici, /et des jours si blancs, de fenêtres en feu, / et de mots nouveaux... / Cherche-les, toi, "Ma vie"/ Cherche-les, /apporte-les moi ici... /Il y a eu des jours, "Ma vie"/ où même le jour avait un nom, /et dans ce nom des mains prenaient des libertés, / et des jours si longs et en feu / à ne pas savoir dire comment / Trouve-les moi à présent, / "Ma vie" / Trouve-les ! / Apporte-les moi ici.../ Et des jours si longs et en feu / de mots nouveaux, / Cherche-les, "Ma vie",/ cherche-les à présent, / apporte-les moi ici !"

     

    Play list de Francesco

    Blog de Francesco


    3 commentaires
  •  

     

    "In quell'abbaglio 

    Di luce elettrica

    Dove respirano le parole

    Quando la sera scende

    Ad accarezzare gli odori

    Del mio fragile universo

    Io chiudo gli occhi

    E mi pongo mille domande"

     

    © Francesco Pagni, photo et poème

     

    Sous la lampe qui veille,

    les objets exhalent leur mystère parfumé…

    C’est le coin des odeurs du monde,

    comme toujours chez toi, et à jamais…

    Au sein de ton univers fragile, les yeux fermés,

    Tu cherches la réponse à mille questions,

    C’est l’autel des prières du monde…

    TU ES !

     

    Francesco Pagni : playlist

     Blog de Francesco : ici


    9 commentaires
  •  

    Un peu au-delà de la mer...

     

    "Un peu au-delà de la mer

    Il y a une terre lumineuse qui ignore les frontières et les digues

    Un peu au-delà de la mer il y a une terre lumineuse

    qui ne sait rien des nuits trop noires.

    Un peu au-delà de la mer il y a une terre sincère comme les yeux de ton fils quand il rit.

    Si tu veux, restons ensemble encore ce soir...

    Si tu veux, restons ensemble encore ce soir..."

    Gianmaria Testa

    illustrations Francesco Pagni ©

     

     

     

     

     

    Francesco Pagni : playlist

     Blog de Francesco : ici

     

     


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique