•  

    Les fruits et les fleurs de l'hiver.

     

     

    " Quelle bonne odeur c'était,

    des dates de Tunis et des bonbons !

    Il y avait des noix et des biscuits de ma Grand-mère,

    des figues séchées et des nougats...

    et sur le buffet, un joli panier,

    cela ressemblait à une peinture du Caravage,

    avec des poires et des oranges 

    du raisin et des mandarines ...

    Quel bon parfum de Noël !"

    texte et photo de Francesco Pagni © 

     

    Comme cette photo, la video est un hymne au Paradis perdu, celui de l’enfance, celui des souvenirs... Francesco a le don de magnifier les fleurs, de les montrer dans leur fragilité, leur solitude, leur beauté évanescente : la fleur au bord du rien... Battement de feuilles, frémissement de rouge, libellule de mer... Et les fruits qui appellent la caresse des yeux, la caresse des mains, la caresse du souvenir, des fruits qui sont le soleil de l'hiver... Natures-mortes palpitantes et chaleureuses, solaires, lumineuses, souvent cachées dans l'ombre, au coeur de l'intime de ses mots... Natures mortes qu'il nous offre au coeur de l'hiver, comme la corbeille de Noël sur la crédence...

     

     .

    on peut retrouver Francesco ici : My Blow Up

    et sa play-liste ici : Youtube


    3 commentaires
  •  

    Pêcheur d'étoiles...

     

    Autoportrait au béret de marin

    "Je suis un pêcheur d'étoiles !"

    Francesco Pagni © 

    (crayon, encre de chine et tampon sur papier d'emballage)

     

     

    Francesco Pagni

    et aussi sur twitter : Francesco/blowuptwo


    4 commentaires
  •  

    Le bateau des rêves...

     

     

    Même sous le plus beau clair de lune, on ne peut pas vivre sans rêves… alors ma bonne étoile, mon étoile intermittente, fais revenir le « bateau des rêves »…  Rêver, pour exister…

    (photo Francesco Pagni)

     


    3 commentaires
  •  

    Chambre secrète...

     

    Photo Francesco Pagni

     

     

    Chant (chambres secrètes)

     

    "Et nous ne saurons jamais,

    de quelles chambres secrètes jaillit le chant,

    Et de quelle absence lointaine naissent les peurs, la colère, la tendresse ou le regret,

    Et de quelle nostalgie naît la voix et fuse ce long sillage plaintif

    qui encore maintenant, nous emporte de façon imprévisible."

     

    Merci à Francesco pour la découverte de cette création troublante de Gianmaria Testa.

     

     


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique