•  

     

    "In quell'abbaglio 

    Di luce elettrica

    Dove respirano le parole

    Quando la sera scende

    Ad accarezzare gli odori

    Del mio fragile universo

    Io chiudo gli occhi

    E mi pongo mille domande"

     

    © Francesco Pagni, photo et poème

     

    Sous la lampe qui veille,

    les objets exhalent leur mystère parfumé…

    C’est le coin des odeurs du monde,

    comme toujours chez toi, et à jamais…

    Au sein de ton univers fragile, les yeux fermés,

    Tu cherches la réponse à mille questions,

    C’est l’autel des prières du monde…

    TU ES !

     

    Francesco Pagni : playlist

     Blog de Francesco : ici


    9 commentaires
  •  

    Un peu au-delà de la mer...

     

    "Un peu au-delà de la mer

    Il y a une terre lumineuse qui ignore les frontières et les digues

    Un peu au-delà de la mer il y a une terre lumineuse

    qui ne sait rien des nuits trop noires.

    Un peu au-delà de la mer il y a une terre sincère comme les yeux de ton fils quand il rit.

    Si tu veux, restons ensemble encore ce soir...

    Si tu veux, restons ensemble encore ce soir..."

    Gianmaria Testa

    illustrations Francesco Pagni ©

     

     

     

     

     

    Francesco Pagni : playlist

     Blog de Francesco : ici

     

     


    5 commentaires
  •  

    Les fruits et les fleurs de l'hiver.

     

     

    " Quelle bonne odeur c'était,

    des dates de Tunis et des bonbons !

    Il y avait des noix et des biscuits de ma Grand-mère,

    des figues séchées et des nougats...

    et sur le buffet, un joli panier,

    cela ressemblait à une peinture du Caravage,

    avec des poires et des oranges 

    du raisin et des mandarines ...

    Quel bon parfum de Noël !"

    texte et photo de Francesco Pagni © 

     

    Comme cette photo, la video est un hymne au Paradis perdu, celui de l’enfance, celui des souvenirs... Francesco a le don de magnifier les fleurs, de les montrer dans leur fragilité, leur solitude, leur beauté évanescente : la fleur au bord du rien... Battement de feuilles, frémissement de rouge, libellule de mer... Et les fruits qui appellent la caresse des yeux, la caresse des mains, la caresse du souvenir, des fruits qui sont le soleil de l'hiver... Natures-mortes palpitantes et chaleureuses, solaires, lumineuses, souvent cachées dans l'ombre, au coeur de l'intime de ses mots... Natures mortes qu'il nous offre au coeur de l'hiver, comme la corbeille de Noël sur la crédence...

     

     .

    on peut retrouver Francesco ici : My Blow Up

    et sa play-liste ici : Youtube


    3 commentaires
  •  

    Pêcheur d'étoiles...

     

    Autoportrait au béret de marin

    "Je suis un pêcheur d'étoiles !"

    Francesco Pagni © 

    (crayon, encre de chine et tampon sur papier d'emballage)

     

     

    Francesco Pagni

    et aussi sur twitter : Francesco/blowuptwo


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique