•  

     

     

    "Un arbre a besoin de deux choses : de substance sous terre, et de beauté extérieure. Ce sont des créatures concrètes mais poussées par une force d'élégance. La beauté qui leur est nécessaire c'est du vent, de la lumière, des grillons, des fourmis et une visée d'étoiles vers lesquelles pointer la formule des branches. Le moteur qui pousse la lymphe vers le haut dans les arbres, c'est la beauté, car seule la beauté dans la nature s'oppose à la gravité. Sans beauté l'arbre ne veut pas. C'est pourquoi je m'arrête à un endroit du champ et je lui demande : "ici tu veux ?" Je n'attends pas de réponse, de signe dans la main qui tient son tronc, mais j'aime dire un mot à l'arbre. Lui, sent les bords, les horizons et cherche l'endroit exact pour pousser. Un arbre écoute les comètes, les planètes, les amas et les essaims. Il sent les tempêtes sur le soleil et les cigales sur lui avec une attention de veilleur. Un arbre est une alliance entre le proche et le lointain parfait."  

     

    In Trois chevaux. Erri de Luca (né le 20 mai 1950, bon anniversaire Erri !)

     

    Photo Francesco Pagni : Jai faim !

      


    7 commentaires
  •    

      

    Ci-dessus : Francesco Pagni © "Conversation avec Antoni Tapies"  (Papier, toile de sac, pastel, goudron, fil de fer, combustions)

      

    Francesco, Francesco, sous tes doigts, j’imagine les textures du monde, douces, rugueuses, pâteuses, âpres, résistantes, solides, coriaces, soyeuses, éblouissantes, ensoleillées ou sombres… Dans ton atelier, tu es l’alchimiste de la matière, le grand chaman des transmutations, le thaumaturge des bouleversements, le sorcier des transfigurations… Là-bas, dans ton atelier…

    Et « Pendant qu’il pleut dehors à Parigi », moi je t’imagine dans ton atelier, à peindre, dessiner, brûler, découper, déchirer, chercher, trouver, couper, coller, décoller, souffrir et jouer, siffler, souffler, regarder, t’étonner, te fâcher…te fatiguer, t’émerveiller, te reposer, peindre, et repeindre… Je te vois, dans ton atelier… tu écoutes du jazz et tu bois du café…

    Dans ton atelier, tout arrive dans ton atelier… Je respire les odeurs du monde, je vois les couleurs du monde, j’entends les musiques du monde, dans ton atelier…

    Et sous tes doigts, j'imagine les textures du monde... 

     

     

      

     

    Le blog de Francesco est : ici

     On peut retrouver Francesco sur twitter : ici 

    et sa play-list ici : Francesco Pagni, peintre, sculpteur, photographe.

     


    9 commentaires
  •  

    Le baiser de la Lumière...

     

    Peut-on imaginer plus grande et belle complicité que celle qui unit ces deux-là ? Francesco et la Lumière !

    Francesco est un fou de Lumière ! Il lui donne tout : ses pinceaux, ses mots, l’objectif de son appareil photo ! Et parce que toute histoire d’amour commence par un baiser, célébrons le privilège absolu du baiser de la Lumière donné à un peintre-poète…

    Célébrons la joie, la plénitude, l’émerveillement ébloui de leur rencontre toujours renouvelée, de leur union pérenne… 

     

    photo ci-dessus de Francesco Pagni

     

     

     

     Le blog de Francesco est : ici

     On peut retrouver Francesco sur twitter : ici 

    Playlist : ici

     

     


    6 commentaires
  • Le Rouge de Francesco...

      

    « Mon rouge » : La première « émotion de rouge » dans mon imaginaire enfantin, est comme une flaque ronde de petites fleurs d’un rouge sang intense, ponctuées de feuilles d’un vert brillant, qui flottaient serrées dans un plat de cristal transparent, que ma mère posait sur la table de la salle à manger au printemps. Ce rouge, vivant, dans la claire lumière de l’éclat de cristal, m’hypnotisait. Il est devenu pour toujours, « mon rouge ». Je retrouvai ce rouge des années après, dans un grand « plastique » d’Alberto Burri, exposé dans une église romane désaffectée en Ombrie. Illuminée par la lumière naturelle. Dans cette aura mystique, j’ai revu dans cette œuvre, ce plat de cristal sur la table de la salle à manger. Dès lors, ce rouge, a été la ponctuation constante de mon langage artistique. Mon rouge. (Francesco Pagni)    

     

    Rouge palpitant des fleurettes du jardin de l’enfance, rouge fulgurant de la spirale créative, rouge impérieux des totems et des drapeaux, rouge timide des poèmes écrits sur les murs, rouge intense des griffures de la vie, riches rouges texturés criant le plaisir d’être… Il tuo Rosso è bello Francesco !

     

    (ci-dessus : aquarelle de Francesco)

     

     

    Le blog de Francesco est : ici

     On peut retrouver Francesco sur twitter : ici 


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique