•  

    "Un chagrin blanc sans remède"

     

    "Ce qui m'intéresse, ce sont les signes que trace l'homme sans le savoir, mais sans faire mourir la terre. Ce n'est qu'alors qu'ils ont un sens pour moi, ils deviennent émotion. Finalement, photographier, c'est comme écrire : le paysage est plein de symboles, de signes, de choses cachées. C'est un langage inconnu que l'on commence à lire, à connaître où on commence à l'aimer, à le photographier. Ainsi le signe devient voix : il m'explique certaines choses. Pour d'autres, par contre, il reste une tache."  Mario Giacomelli (photos et citation)

     

    "Un chagrin blanc sans remède"

     

     


    10 commentaires
  •  

    Poussière de craie...

    photo Brassaï

     

    "...chaque jour qui passe
    je griffe d'un trait
    les murs de cette ville..."

     

     

     on peut retrouver Francesco ici : My Blow Up

    et sa play-liste ici : Youtube

     

     


    4 commentaires
  • L'or des sentiers perdus

     

    "Les premiers pas du souvenir avancent dans l'herbe rase qui désire vivre au plein soleil et se gorger des rêves humides de la nuit. L'herbe était notre compagne. Nous vivions toujours mêlés à sa fraîcheur, complices de l'humble vie qu'elle recelait. Nous arrachions les touffes frémissantes à pleines poignées, en traînant sur l'aire, devant la maison. Nos mains prenaient la couleur de l'herbe, nos pas en gardaient l'âcre parfum. Sous nos yeux patients, elle devenait forêt mystérieuse, quand nous suivions entre ses brins ténus le travail des fourmis affairées qui traînaient avec ardeur des fardeaux écrasants.

    Nous étions les seigneurs de l'herbe ; le visage caressé par elle notre plus léger souffle provoquait bourrasques et tempêtes et jetait un instant le trouble dans cette petite république d'insectes...

    Max Rouquette (Secret de l'èrba - Verd Paradis) 

      

     

     

    Celou.bkn sur facebook      Graindecel


    4 commentaires
  •  

    "Les seuls gens vrais pour moi sont les fous, ceux qui sont fous d'envie de vivre, fous d'envie de parler, d'être sauvés, fous de désir pour tout à la fois, ceux qui ne baillent jamais et qui ne disent jamais de banalités, mais qui brûlent, brûlent , comme des feux d'artifice extraordinaires qui explosent comme des araignées dans les étoiles, et en leur centre, on peut voir la lueur bleue qui éclate..."  Jack Kerouac (Sur la route)

    Photo Thami Benkirane Benkirane's Photoblog  Iconoclasse  Le blues de Fès  Photoeil  Thamiro  Too Banal  FaCeBooK

     

     


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique