•  

    Milan, la flamboyante...

     

    La cathédrale gothique du Dôme de Milan et le couvent Santa Maria delle Grazie, qui abrite la Cène de Léonard de Vinci, témoignent de plusieurs siècles d'art et de culture.

    Aussi connue sous le nom de "Ultima Cena" (Dernier Repas), la Cène est considérée parmi les œuvres les plus importantes de Léonard de Vinci et c’est la seule œuvre sur mur encore visible.

    La représentation s’inspire de l’Evangile de Jean, dans lequel Jésus annonce qu’il sera trahi par l’un de ses apôtres. A l’intérieur d’une salle, Léonard de Vinci réalisa un premier plan de la grande table de la Cène, avec au milieu la figure isolée du Christ.

    L’utilisation de la perspective et la disposition des personnages attirent le regard au point qu’on a l’impression de participer à la Cène et de vivre intensément ce moment décisif. Pour la réalisation de la fresque, commandée par Ludovic le More, Léonard de Vinci adopta la technique de la détrempe pour donner libre cours à sa créativité. Une technique qui cependant n’a pas résisté aux changements climatiques, qui au fil des années ont partiellement endommagé la fresque.  

     


    4 commentaires
  •  

    "Songe à la douceur..."

     

     

    Mon ami, mon frère, songe à la douceur de revenir à Venise……

     

                Nous perdre ensemble à Venise, chercher le Palazzo Contarini del Bovolo et le photographier…

     

                Prendre le vaporetto, et du coin de l’œil, guetter ton regard sur tes cousines vénitiennes… ces filles magnifiques et volubiles qui accompagnent leur babillage musical de gestes amples et inutiles, juste pour montrer leurs belles mains aux attaches fines…Te regarder marcher sur leurs pas en fixant leurs chevilles minces qui dansent, qui dansent…

     

    Retourner contempler le groupe sombre des Tétrarques en porphyre, sur la Place Saint Marc, et les chevaux du Quadrige dressés dans la lumière et le scintillement coloré…Faire la photo des pigeons, et celle du Lion gardant la lagune, la photo du Grand Canal aux reflets impressionnistes… et celle de tous les Palais qui regardent passer le vaporetto…

    Marcher longtemps pour nous perdre, nous perdre et nous perdre, jusqu’au fond des placettes de Venise - les campos - où les margelles en pierre ciselée des puits anciens demeurent autant de témoins des craintes passées des Vénitiens, vestiges de la peur du manque d’eau douce dans les citernes…

     

                Venise, la superbe, la décadente, peinte par Canaletto et Guardi…   (eva ©)

     


    4 commentaires
  •  

    Niches votives

     

    "Il est très courant en Italie, de trouver dans les lieux les plus disparates, ces petites niches votives. D'origine populaire, elles étaient érigées dans les campagnes par les paysans pour protéger leurs récoltes, dans les petits pays pour protéger la population. On peut maintenant les voir dans certains quartiers des villes de toutes les régions, dans certains vieux jardins. Elles ont un caractère un peu primitif, populaire, souvent très poétique..."  

    Francesco Pagni  (texte et 3 premières photos)

      

     

    Niches votives

     

    Niches votives

    la dernière photo a été prise par eva dans une rue de Naples 

    Niches votives


    4 commentaires
  •  

    "A 3h30, en pleine nuit : le lit qui danse, la terre qui tremble, et la peur affreuse de ne pouvoir jamais plus le dire à personne..."

    A Amatrice, des quartiers entiers n'existent plus...

    Amatrice, Pescara, Accumoli, et toute la région, nous sommes avec vous...

     

    Oh mon Italie !

     

     


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique