• De mon cœur un salut à Beyrouth...

     

    De mon cœur un salut à Beyrouth...

      

    La Maison Jaune à Beyrouth

     

    Située sur l’ancienne ligne de démarcation qui séparait la capitale en deux durant la guerre civile, à l’intersection de Sodeco et de la rue de Damas, se dresse fièrement la «Maison jaune», ou l’immeuble Barakat, construit en 1924. Longtemps occupé par les francs-tireurs, le bâtiment porte toujours les marques de l’agression du temps et surtout celles des stigmates de la guerre, que la rénovation a gardées parfaitement intactes.

    C’est en 2003 que la municipalité de Beyrouth a décidé de transformer cet endroit en musée et centre culturel, dédié à la mémoire de la ville. «Ce lieu a plus de 90 ans d’âge. Nous ne lui avons pas fait de lifting. Nous l’avons gardé tel quel et nous l’avons conservé avec ses blessures actuelles dues à la guerre et à la vieillesse. Nous sommes souvent amnésiques dans ce pays et ceci est une initiative pour dire réellement, ‘plus jamais ça’», explique Youssef Haidar, architecte en charge du projet.

    Les meurtrières des francs-tireurs, les graffitis sur les murs, l’impact des balles et des obus, les sacs de sable, les barricades… tout est encore là. Un tour effectué au premier étage permet de prendre conscience de ce que devait être le lieu en ces temps-là. Une rampe remplace les escaliers détruits par les snipers. Le deuxième étage comprend des espaces d’exposition sur le thème de l’histoire; au troisième figurent des espaces d’expositions ouverts, tandis qu’un restaurant doit être aménagé sur la terrasse.

     

     

    « Plus jamais ça ! » mais… Beyrouth est martyrisée plus que jamais…

     

    De mon cœur un salut à Beyrouth...

     

    "À Beyrouth, De mon cœur un salut à Beyrouth

    Et des baisers à la mer et aux maisons,

    À un rocher qui ressemble au visage d'un ancien marin

    Elle est, de l'âme du peuple, du vin, de la sueur, du pain et du jasmin

    Alors comment est devenu son goût

    Un gout de feu et de fumée ?

    Beyrouth, une gloire des cendres

    À Beyrouth, le sang d'un enfant sur sa main

    Ma ville a éteint ses lumières

    Elle a fermé sa porte, elle est restée, le soir, toute seule

    Toute seule la nuit..."

     

    « "Les soleils couchants"... »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    9
    Vendredi 4 Septembre à 02:48

    terrible événement un peuple qui a déjà tant souffert  !!!

    dans mon expo au Caire j'ai rencontré un poète Libanais 

    et on devait faire une expo lecture de poésie accompagné avec un groupe égyptien 

    amis à cause des événements dans les rues juste avant le covid cela n'a pas pu se faire...

    ta vidéo est très émouvante 

    besos

    tilk

    8
    Mercredi 2 Septembre à 08:09
    Henri-Pierre

    Beyrouth, phénix sans cesse martyrisé et toujours renaissant...
    Qui d'autre que la sublime Fairuz pouvait prêter sa voix de douces meurtrissures à la ville aux chaos parfumés de toutes les nostalgies du monde ?

      • Mercredi 2 Septembre à 15:08

        La "sublime Fairouz" ... oui... 

    7
    Dan
    Mardi 1er Septembre à 19:21

     

    Il y a eu une maison ancienne ayant la guerre mais qui n’a pas été détruite, on l’a restauré de fond en comble en effaçant les traces de ses blessures c’est ce que l’on nomme ici « la maison de l’armateur », aussi ne joue-telle pas le rôle assigné par la maison jaune de Beyrouth, être un témoin de la folie des hommes.

    6
    Dan
    Lundi 31 Août à 19:14

     

    C’est très bien d’avoir conservé un « témoin » de la guerre fratricide libanaise. A Hiroshima ils ont conservé l’immeuble ayant subi l’impact de la bombe atomique, ainsi les japonais se souviennent-ils des horreurs de la guerre. Au Havre on n’a rien gardé de cette horreur, tout a été rasé, mais pouvaient-on conserver un morceau de monument ancien ? Sans doute que oui, alors en l’absence de témoignage visuel espérons que les témoignages des témoins et des photos de l’époque suffiront à se souvenir que la guerre est une vaste connerie ! A Beyrouth c’est à la maison jaune qu’incombe cette « fonction » mémorielle.

      • Lundi 31 Août à 22:44

        Je te fais confiance Dan, si un immeuble ancien avait été sauvé au Havre, tu serais au courant, et tu en aurais parlé !smile

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :