• Naissance de l'Odyssée (Jean Giono)

     

    Ulysse-2.jpg

     

    "Cette nuit fut une dure nuit pour Ulysse. Le sillage des renards, le glissement des blaireaux, et, de  temps en temps, le coup de gueule d'un loup tissèrent le silence. Une petite brise fraîche coula. Elle était faite d'agiles nymphettes, les bras chargés de parfums volés. Elle mit sous la narine d'Ulysse l'odeur d'un tilleul, d'un fourré de lilas, d'un buisson de roses ; mais, à la fin, elle le mordit de ses dents glacées au gras des cuisses, le forçant à se pelotonner à croupetons, sous les branches plates d'un thuya. 

     

    Il s'éveilla dans un monde visqueux où les arbres ne haletaient pas mais balançaient lentement leurs feuilles à la façon des algues au fond de l'eau. Il lui semblait que la terre, molle, se soulevait sous lui au rythme d'une puissante haleine."

     

    Jean Giono (Naissance de l'Odyssée)

    pages 58 et 59 Les Cahiers Rouges (Grasset) 

     

    Ulysse-3.jpg

     

    Dans ce court roman, Giono fait du retour d'Ulysse vers Ithaque, le récit d'une école buissonnière... Mais, que dire en arrivant, pour justifier une absence de dix ans ? Affabulations et mensonges, suggère Giono. Ainsi naquit l'Odyssée... Dans des pages merveilleuses de poésie, Giono célèbre un monde où l'homme et la nature entrent en communion profonde... et faut-il que la poésie de Giono soit lumineuse et vivace pour qu'on lui pardonne d'écorcher ainsi la légende d'Ulysse, faisant de Circé un "pot de colle", d'Antinoüs un berger musclé mais sans cervelle, de Pénélope une épouse infidèle, de Télémaque un fils indigne... Seule, seule la belle Calipso est épargnée et reste la divine !... Sacré Giono !  

    « Les maltaises de Tunisie sont arrivées !La Mona Lisa de Moncef Riahi »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    8
    el duende
    Vendredi 8 Août 2014 à 18:10
    Giono transpose Ulysse dans un univers magique ! J'adore la brise qui le mord au gras des cuisses... C'est étonnant et sensuel en diable ! :-))
    7
    Jeudi 14 Février 2013 à 18:55

    Et cependant, c'est la brise fraîche "qui mordit Ulysse au gras des cuisses" ! et non le loup !.. L'Odyssée a toujours inspiré les écrivains... mais en ce qui concerne Joyce, on m'a toujours dit que c'était bien difficile à lire... et j'ai renoncé, sauf que j'ai découvert une jolie video que je vais postée dès maintenant (puisque c'est la St Valentin) et je te remercie beaucoup de m'y avoir fait songer à l'instant ! Bises Henri-Pierre !

    6
    Jeudi 14 Février 2013 à 18:34
    Il n'empêche que nymphettes ou pas, la proximité des loups ne m'aurait guère rassuré ;-)
    Plus sérieusement, quel beau texte et bien illustré
    5
    Mercredi 30 Janvier 2013 à 07:51

    oh Dan ! il ne s'agit pas de violer quoi que ce soit ! Giono a fait un bel enfant à l'Odyssée d'Homère, mais c'est qu'il lui a fait l'amour diablement bien ! Belle journée Dan 

    4
    Mardi 29 Janvier 2013 à 18:42

    voilà, tu as dit le mot "magique" ! je ne m'en lasse pas... 

    3
    Mardi 29 Janvier 2013 à 12:27

    C'est toujours un plaisir de lire les écrivains qui maîtrisent la langue de cette façon... La poésie en sus ! Bonne journée Mario

    2
    DAN
    Mardi 29 Janvier 2013 à 10:18
    Qu'importe de violer les histoires antiques, pourvu qu'on leur fasse de beaux enfants...
    1
    Lundi 28 Janvier 2013 à 23:46
    Très chouette billet chère Eva ! Cela fait des lustres que je n'ai plus lu Giono !
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :