• MEMENTO                                                                              MEMENTO

    Quand je mourrai                                                                      Cuando yo me muera,
    Enterrez-moi avec ma guitare                                                     enterradme con mi guitarra
    Sous le sable.                                                                           bajo la arena.

    Qaund je mourrai                                                                      Cuando yo me muera,
    Entre les orangers                                                                    entre los naranjos y la hierbabuena.
    Et la menthe.

    Quand je mourrai                                                                       Cuando yo me muera,
    Enterrez-moi, si vous voulez,                                                       enterradme si queréis
    Dans une girouette.                                                                    en una veleta.

    Qauand je mourrai !                                                                    Cuando yo me muera !

    (Le Livre du Cante Jondo, Federico Garcìa Lorca
    Traduit par Félix Gattegno)

    un grand merci à Sébastien Poutrain qui m'a gentiment posté l'original de ce poème de Lorca
    http://www.notre-amerique-latine.com/
    photo eva baila, Cap Blanc, Tunisie, mai 2OO8© 
     


    9 commentaires


  • Viens, mon beau chat, sur mon coeur amoureux ;
    Retiens les griffes de ta patte,
    Et laisse-moi plonger dans tes beaux yeux,
    Mêlés de métal et d'agate.

    Lorsque mes doigts caressent à loisir
    Ta tête et ton dos élastique,
    Et que ma main s'enivre du plaisir
    De palper ton corps électrique,

    Je vois ma femme en esprit. Son regard,
    Comme le tien, aimable bête,
    Profond et froid, coupe et fend comme un dard,

    Et des pieds jusques à la tête,
    Un air subtil, un dangereux parfum
    Nagent autour de son corps brun.

                                                                         (Charles Baudelaire)
                                                                            photo eva baila ©


    7 commentaires


  • Hommage à Francisco Goya (Tres de Mayo) et Boris Vian (Le Temps de vivre)

    Il a dévalé la colline
    Ses pas faisaient rouler des pierres
    Là-haut entre les quatre murs
    La sirène chantait sans joie

    Il respirait l'odeur des arbres
    Il respirait de tout son corps
    La lumière l'accompagnait
    Et lui faisait danser son ombre

              Pourvu qu'ils me laissent le temps
              Il sautait à travers les herbes
              Il a cueilli deux feuilles jaunes
              Gorgées de sève et de soleil

              Les canons d'acier bleu crachaient
              De courtes flammes de feu sec
              Pourvu qu'ils me laissent le temps
              Il est arrivé près de l'eau

                      Il y a plongé son visage
                      Il riait de joie il a bu
                      Pourvu qu'ils me laissent le temps
                      Il s'est relevé pour sauter

                      Pourvu qu'ils me laissent le temps
                      Une abeille de cuivre chaud
                      L'a foudroyé sur l'autre rive
                      Le sang et l'eau se sont mêlés

                               Il avait eu le temps de voir
                               Le temps de boire à ce ruisseau
                               Le temps de porter à sa bouche
                               Deux feuilles gorgées de soleil

                               Le temps de rire aux assassins
                               Le temps d'atteindre l'autre rive
                               Le temps de courir vers la femme

                                       Il avait eu le temps de vivre.

    Boris Vian
    Le temps de vivre

    Tres de Mayo Francisco Goya


    4 commentaires


  • Dans les caveaux d'insondable tristesse
    Où le destin m'a déjà relégué ;
    Où jamais n'entre un rayon rose et gai ;
    Où seul avec la nuit, maussade hôtesse,

    Je suis comme un peintre qu'un Dieu moqueur
    Condamne à peindre, hélas ! sur les ténèbres
    Où, cuisinier aux appétits funèbres,
    Je fais bouillir et je mange mon coeur,

    Par instants brille, et s'allonge, et s'étale
    Un spectre fait de grâce et de splendeur.
    A sa rêveuse allure orientale,

    Quand il atteint sa totale grandeur,
    Je reconnais ma belle visiteuse :
    C'est Elle ! noire et pourtant lumineuse.

                                                     Charles Baudelaire (Spleen et Idéal)

    photo eva baila (Rome, cloître de St Paul hors les murs) ©


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique