•  



    Après la fin du califat de Cordoue, Almoravides et Almohades gouvernent directement Al-Andalus où s'épanouit leur art monumental. L'héritage architectural d'Al-Andalus et surtout l'architecture religieuse témoignent jusqu'à ce jour de la culture andalouse. La comparaison particulièrement frappante des minarets des trois mosquées construites par les souverains almohades à Marrakech, Rabat et Séville démontre la profonde unité du style almohade.

    Le minaret de la Koutoubia élevé à Marrakech à partir de 1162 sert de modèle à ceux que les Almohades vont faire construire en Andalousie.

    Le minaret de la Grande Mosquée de Séville fut modifié après la reconquête chrétienne et devint la célèbre Giralda.

    La Tour Hassan de Rabat (1195) aux dimensions colossales et trop ambitieuses, est restée inachevée.





    Marrakech,
    la Koutoubia.





    Séville,
    La Giralda.



                                                                                                                
    Rabat,la Tour Hassan.
    (photos eva baila©)


    25 commentaires
  •  

     

    Pont-du-Gard-5-copie-1.jpg

     

     

    A Herculanum comme à Pompei, les différentes techniques de taille et de disposition des pierres ou des briques dans la maçonnerie sont de précieux indices de datation des monuments. Le plus ancien de ces procédés (ou appareils) est l'opus quadratum (IVe - IIIe s. 1ère époque samnite), assemblage de blocs de pierres parallélépipédiques taillées, sans joint. (Comme on peut le voir au Pont du Gard par exemple).

    Vient ensuite l'opus caementicium où les parements servent de coffrage à un massif de remplissage en mortier de chaux, et qui a l'aspect du béton. Le mélange se faisait à la montée de l'ouvrage, en alternant des pelletées de mortier et de caillasse.

     

    opus incertum de la Maison du Squelette

     

    A partir du IIIe s. av. J.C. apparaît l'opus incertum, petits blocs non taillés disposés les uns au-dessus des autres (Maison du Squelette à Herculanum).

     

      opus incertum

     

    opus incertum (détail)

     

     

    opus reticulatum

     

    Cette tehnique de l'opus incertum prédomine jusqu'à l'opus reticulatum (1ère motié du IIe s. et 1er s.av. J.C. fait de blocs en losanges disposés en damiers).

     

    Herculanum, Grand Gymnase

     

    A partir de la 2ème moitié du IIe s. av. J.C. on construit en opus vittatum : des pierres régulières mais de petits gabarit, agencées en assises. Dès le ler s. av. J.C. on réalise des sols de briques ou de morceaux de marbre en opus spicatum, en disposant les carrés de chant, en épi. 

     

    opus spicatum

     

      opus spicatum (détail)

     

    Herculanum, Maison d'Argos

     

    A l'époque impériale (1er s. après J.C.) on trouve l'opus mixtum, mélange de plusieurs appareils, intégrant des briques. (Photo Maison d'Argos, Herculanum)

     

    (documentation guide bleu Hachette "Italie du Sud")


    12 commentaires
  •  

    clé (de St Pierre) sur la porte d'entrée de la Chapelle

     

    Sur la porte de la chapelle ( Beuvreuil et le Manoir des Huguenots.  )  une clef incrustée dans le bois, une clef qui jamais n’ouvrira la serrure de cette église minuscule dédiée à St Pierre… La Clef du Royaume de Dieu peut-être, la même confiée à St Pierre ?

     


    20 commentaires
  •  

    Orange 15


    Le Théâtre antique d'Orange, construit sous le règne d'Auguste au 1er S, est un des Théâtres romains les mieux conservés au monde. Il dispose encore de son mur de scène avec l'élévation d'origine (103 m de large pour 37 m de haut).

    Orange 17

    L'hémicycle (cavea) pouvait contenir entre 8 et 9 000 spectateurs, répartis selon leur rang social. Il se divise en trois zones, étagées en 37 gradins et séparées par des murs. En contrebas, l'orchestra forme un demi-cercle ; en bordure, trois gradins, sur lesquels on plaçait des sièges mobiles, étaient réservés aux personnages de haut rang. De part et d'autre de la scène, de grandes salles superposées servaient à l'accueil du public et abritaient les coulisses. La scène, faite d'un plancher de bois sous lequel était logé la machinerie, mesure 61 m de longueur pour 9 m de profondeur utile : elle dominait l'orchestra d'environ 1,10 m, soutenue par un mur bas, le pulpitum. En arrière se trouve la fosse du rideau (qu'on abaissait pendant les représentations). Le mur de scène — « C'est la plus belle muraille de mon royaume », dit Louis XIV lors d'une visite — était jadis décoré de statues, frises et colonnes de marbre, dont subsistent quelques vestiges. Ce mur est percé de trois portes : la porte royale au centre (entrée des acteurs principaux) et les deux portes latérales (entrée des acteurs secondaires).

    Orange 18

    Orange 19


    Orange 20


    documentation Wikipedia link
    photos eva ©

    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique